Le président du directoire de Deutsche Telekom n’aura peut-être pas de raisons de s’en prendre à Bruxelles. Le montants des enchères UMTS en Grande-Bretagne a suscité beaucoup d’envie de la part des...

Le président du directoire de Deutsche Telekom n’aura peut-être pas de raisons de s’en prendre à Bruxelles. Le montants des enchères UMTS en Grande-Bretagne a suscité beaucoup d’envie de la part des états voisins qui n’ont pas encore lancé leur système de « soumission comparative ». Après que la France ait émis l’hypothèse de faire payer une redevance annuelle aux futurs bénéficiaires des licences UMTS, cela a été, hier, le tour de l’Italie d’envisager une réévaluation des montants, précédemment estimés entre un et deux milliards d’euros. Le ministre de la fonction publique italien a indiqué que les fameuses licences UMTS seront attribuées « au plus offrant ». Cependant, cela ne remettra pas en cause la procédure de l« soumission comparative » qui reste retenue. (Jean de Chambure - Atelier BNP-Paribas 20/04/2000)