Après une première tentative de rapprochement entre les deux groupes il y a un an, il semblerait que Chris Gent, le patron de Vodafone, numéro un britannique de la téléphonie mobile, ait repris l’i...

Après une première tentative de rapprochement entre les deux groupes il y a un an, il semblerait que Chris Gent, le patron de Vodafone, numéro un britannique de la téléphonie mobile, ait repris l’initiative pour tenter une alliance avec le numéro deux américain du téléphone mobile AirTouch. Bien que ces rumeurs n’aient pas été confirmées par le groupe britannique, les analystes de la City soulignent “la logique implacable” d’un rapprochement entre les deux groupes compte tenu de leurs fortes complémentarités géographiques en Europe. Vodafone est surtout implanté dans le nord de l’Europe, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Suède alors qu’AirTouch est très présent en Espagne, au Portugal et en Italie. Outre la fusion proprement dite, les deux opérateurs étudieraient aussi la possibilité de réunir leurs activités européennes dans une société commune tout en conservant leur autonomie sur leurs territoires de base.

Contrôlant 38 % du marché britannique du téléphone mobile, Vodafone dispose aujourd’hui d’une capitalisation boursière de 24,4 milliards de livres (244 milliards de F). AirTouch pour sa part dispose d’une capitalisation boursière de 19 milliards de livres (190 milliards de F). En juin dernier, Vodafone a annoncé un chiffre d’affaires de 24 milliards de F en hausse de 41 % et un bénéfice de 6,3 milliards de F (+ 21 %). (Les Echos - La Tribune - 08/09/1998)