Neuf mois après sa distribution à l'ensemble des Français, la carte Vitale est utilisée aujourd'hui chaque semaine par un million de Français. Selon une étude réalisée par Cofremca Sociovision pou...

Neuf mois après sa distribution à l'ensemble des Français, la carte Vitale est utilisée aujourd'hui chaque semaine par un million de Français. Selon une étude réalisée par Cofremca Sociovision pour le compte de la CNAM, auprès des médecins prenant la carte Vitale, 78 % d'entre eux se disent satisfaits du système. 64 % pensent que ce système apporte un service "vraiment utile" à leurs patients. Même si la CNAM se félicite de ses premiers résultats, moins de 21 000 médecins transmettaient électroniquement, fin février 2000, des feuilles de soins. Les caisses d'assurance-maladie n'ont reçu à ce jour qu'un peu plus de 1 million de feuilles électroniques, soit 5 % seulement de l'ensemble des feuilles adressées chaque année par les assurés sociaux aux centres de paiement de la Sécurité Sociale. Pour accentuer la pression sur les médecins, Gilles Hohanet, le directeur de la CNAM menace de pénaliser, à compter du 1er juillet, ceux qui persistent à ne pas vouloir télétransmettre. Bien qu'aucun montant ne soit pour l'instant fixé, cette pénalité pourrait tourner autour de 3,3 F par feuille. Rappelons que les médecins ont bénéficié d'une aide de 9 000 F pour s'équiper en matériel informatique. En contrepartie, ils s'engageaient à transmettre par informatique la moitié de leurs feuilles de soins dans un délai de six mois après le déploiement des cartes Vitales. Or, 55 % des médecins ont profité de cette aide. Certaines caisses primaires ont commencé à réclamer aux médecins réfractaires le remboursement des 9 000 F. Aussi, devant cette menace, 4 médecins sur 5 contactés à Nice se sont engagés solennellement à télétransmettre. (Christine Weissrock - Atelier Paribas 09/03/2000)