françaises vont devoir émettre 2,3 milliards de billets et 7,6 milliards de pièces. De sérieux problèmes risquent de se poser lors de la cohabitation entre billets de banque et pièces de monnaie li...

françaises vont devoir émettre 2,3 milliards de billets et 7,6 milliards de pièces. De sérieux problèmes risquent de se poser lors de la cohabitation entre billets de banque et pièces de monnaie libellés en franc d'une part et billets et pièces libellés en euro d'autre part. En effet, la période de double utilisation, entre le 1er janvier et le 1er juillet 2002, doit non seulement permettre d'introduire dans les circuits monétaires des espèces en euro tout en retirant les francs progressivement, mais aussi permettre aux usagers de se familiariser avec la monnaie unique. Aujourd'hui, les autorités européennes pensent qu'une trop longue période de double circulation des monnaies serait nuisible. Forts de leur expérience de réunification monétaire, les Allemands penchent pour un big bang supposant de réelles prouesses technologiques afin que les Onze se convertissent en même temps à la nouvelle monnaie. La solution de compromis faisant varier la période de transition de quelques semaines à trois mois en fonction de l'état de préparation de chaun des pays apparaît plus vraisemblable. ° Les espèces libellées en euro seront disponibles le 1er janvier 2002, alors que le dispositif destiné à assurer le retrait définitif des monnaies nationales débutera. ° La gestion de ce flux monétaire va se compliquer par le maintien d'une face nationale sur les pièces euro. Tous les pays de la zone euro auront des billets communs qui disposeront de quatorze éléments de sécurité afin de tenir en échec les faussaires. ° Directeur marketing de la division "cash system" du groupe De La Rue, Harvey Dodgson estime "les flux en espèces ne vont pas diminuer avec l'euro". ° Le budget de Paris a été, pour la première fois, traduit en euros. Un comité de pilotage sera mis en place pour sensibiliser les Parisiens au passage à la monnaie unique dès 1999. (Dossier de trois pages - La Tribune - 31/03/1998)