Pour ne plus trembler devant les brusques plongées des cours, une solution : penser comme un trader. C'est-à-dire ne pas envisager le parcours de chaque famille d'actions de manière indépendante mais de les suivre de manière globale. Résultats ? Diminution de la réaction émotionnelle et de la peur de perdre son pécule, meilleure concentration et élaboration de stratégies de fructification plus efficaces.

Je pourrais m'arrêter là mais vais vous expliquer comment les chercheurs du Caltech et de l'université de New York ont fait pour parvenir à ces conclusions : ils ont proposé à deux équipes de volontaires deux problématiques boursières différentes comportant chacune des risques de pertes mais aussi la promesse d'un retour sur investissement important en cas de succès. Dans le premier cas de figure, les personnes avaient le choix entre différentes stratégies considérées chacune comme indépendante - réaction d'amateur. Dans le second cas, chaque choix était présenté comme une simple partie d'un tout - réaction de professionnel.

Au final, les personnes du premier groupe ont montré une grande peur de perdre leur argent qui mobilisait presque toute leur attention. Dans le deuxième groupe, cette peur était beaucoup moins grande.Je ne sais pas si le but de ces chers chercheurs (sic et allitération en "ch." s'il vous plaît) est de nous redonner envie de miser ardemment et de donner au marché des sous qu'il semble - à moi béotienne - soucieux d'avaler et de digérer. Ce que je sais, c'est que les péripéties de son argent en Bourse, c'est comme les superstitions : quand on connaît, on a moins peur.

Rédigé par Mathilde Cristiani
Head of Media