Les techniques pour afficher l'image en 3D et sans lunettes évoluent rapidement. A tel point qu'il n'est plus utopique d'imaginer pouvoir bientôt profiter de films plus vrais que nature, confortablement installé dans son canapé. Toutefois, de nombreux écueils technologiques restent à surmonter.

La 3D, à la maison et sans lunettes, c'est (presque) possible!

J’ai sous les yeux un article de la revue Sciences et avenir traitant d’une technologie qui risque fort d’envahir sous peu nos confortables lieux de vie : je veux parler la 3D sans lunettes. 

Actuellement,  et si  l’on souhaite profiter pleinement de l’expérience en relief, impossible de se passer des fameuses  lorgnettes, la seule exception notable étant évidemment la 3DS développée par Nintendo. Toutefois, la technologie employée pour cette dernière (l’autostérésoscopie) ne peut être appliquée aux téléviseurs. En effet (et il suffit de jouer un peu à la console en question pour s’en rendre compte), l’effet 3D parfait n’est obtenu qu’avec une position précise des yeux de l’utilisateur, et à une distance précise de l’écran. En gros, dans le cas d’une télévision de salon, une seule personne pourrait profiter de l’expérience, pendant que les autres ne verraient que des images dédoublées. D’autre part, les effets délétères de cette technologie sur les enfants en bas âge sont encore mal connus.

Par conséquent, c'est une autre technique qui a désormais la préférence des développeurs: celle de l’alioscopie. Pour résumer, huit couples d’images stéréoscopiques sont émises par les pixels du téléviseur. Ainsi, chaque couple couvre à une position précise de l’utilisateur, et à moins de se situer à l’extrême droite ou à l’extrême gauche de l’écran, il y aura toujours un couple d’images qui conviendra à votre position (et que votre œil saura sélectionner).
Mais plusieurs problèmes se posent aux concepteurs. Tout d’abord, le coût de la technologie est pour le moment extrêmement élevé (5000 euros pour un écran 20 pouces).
Ensuite, celle-ci entraîne logiquement une réduction de la résolution de l’écran (puisque 8 fois plus d’images sont émises, le nombre de pixels pour chaque image diminue par 8), diminuant par là même le confort visuel.Pour le moment, la seule solution crédible à ce dernier écueil est une augmentation du nombre de pixels de l’écran. Les constructeurs  ont d’ailleurs déjà commencé à envisager la production d’écran ultra-haute résolution, afin d’afficher un nombre important de couples stéréoscopiques tout en conservant une bonne définition.

 

En bref, la télévision en 3D sans lunettes n’est pas encore tout à fait au point, mais  promet beaucoup, certains explorant même la piste de l’affichage holographique.
A ce rythme, rien ne dit que nous ne verrons pas bientôt un James Dean plus vrai que nature afficher sa moue rebelle au milieu de notre salon !

Rédigé par Johnatan Farouz