Par ces grands froids qui touchent la plupart des pays d'Europe, l'on cherche davantage à abriter ses mains - par exemple avec ces excellents gants chauffant activés avec une batterie au lithium...

Par ces grands froids qui touchent la plupart des pays d'Europe, l'on cherche davantage à abriter ses mains - par exemple avec ces excellents gants chauffant activés avec une batterie au lithium - qu'à téléphoner. Cependant, la semaine prochaine se tiendra à Barcelone, du 13 au 16 février 2006, le salon mondial de la téléphonie mobile. Ganté ou non, l'Atelier s'y rendra !
 
Cet événement devrait attirer à l'instar de l'an passé plus de 35 000 professionnels du secteur issus du monde entier. Ces derniers vont comme nous parcourir des centaines de stands, écouter des conférences, des ateliers, prendre une multitude de contacts... Pas simple dès lors de retirer les lignes directrices d'une telle effervescence !
 
L'une des solutions consiste à partir avec son propre kit à idées. Se munir de grandes questions simples mais indispensables pour ne pas être aveuglé par la cohorte des produits et de communiqués de presse. Quelles seront les grandes évolutions du marché de la téléphonie mobile ? Quels vont être les grands vents qui vont souffler sur ce secteur ? Trois tendances apparaîssent…
 
D'abord, l'alizé des pays émergents : un débouché à double tranchant
 
Si la 3G commence à décoller (50 millions d'abonnés dans le monde dont plus d'un million en France), force est de constater que le marché des pays émergents, l'Inde, la Chine, mais également tout le continent sud-américain (plus de 100 millions de téléphones portables s'y sont vendus l'an passé), offrent un terrain d'expansion particulièrement dynamique aux fabricants de téléphone mobile.
 
Comme l'alizé, c'est un vent fort, continu, régulier, qui devrait souffler sur le marché durant les cinq prochaines années d'autant que plusieurs pays "développés" arrivent en phase de saturation. Le n°1 mondial, Nokia (avec 34,2 % de parts de marché) tient sa place de leader en partie grâce aux marchés des pays émergents, mais Motorola n'est pas loin. Même si ces stratégies font baisser le prix moyen des téléphones, la croissance des parts de marché est bien là ! Espérons trouver à Barcelone, les nouvelles Logan de marché "pays émergents" qui compte déjà pour 41 % du marché mondial (Source : Strategy Analytics).
 
Ensuite, le mistral de la convergence : gare aux téléphones mobiles Wifi !
 
Ce vent redouté par les opérateurs mobiles, souffle fort, mais n'a pas encore d'impact régulier sur le marché. Côté réseaux cellulaires, les différences demeurent très fortes et l'avènement de 3G n'arrange rien. Pour elle seule : UMTS (Europe), W-CDMA (notamment Japon), CDMA 2000, TD-SCDMA (retenu par la Chine), sans parler des déclinaisons futurs 3,5G, 3,9G et 4G, ni des réseaux hertziens pour mobiles comme le DVB-H ! 
 
Mais la vraie convergence à venir, c'est la Voix sur IP accessible depuis un téléphone mobile ! Ce n'est certainement pas dans l'intérêt des opérateurs de téléphonie mobile, mais cela devrait arriver plus vite que prévu tant l'intérêt des consommateurs est évident.
 
Les francs-tireurs de cette convergence sont d'abord Wengo (filiale de Neuf) et son Beautiful Phone. Ce dernier va offrir un mélange de Wifi domestique et de GSM. Et surtout, Netgear, spécialiste des équipements pour connexions Wifi, qui annonce un prochain téléphone mobile Wifi en partenariat avec Skype. Ce terminal permettra à tous les détenteurs d'un abonnement "Skype Out" d'effectuer et de recevoir des appels depuis n'importe quelle zone Wifi. Bigre !
 
Les mastodontes sentent aussi le vent venir, mais s'avancent prudemment. A l'instar de Nokia, qui a annoncé un nouveau logiciel pour son terminal N 770. Compatible avec les normes Wifi et Bluetooth, il permettra de communiquer avec de la voix sur IP...  
 
 
Enfin, le zéphyr de l'interactivité : le modèle asiatique va-t-il débarquer en Europe ?
 
La Corée du Sud ou le Japon sont les pays de l'interactivité sur téléphone mobile. Les habitants sont massivement férus de téléchargement de contenus sur mobile (musique, vidéo, jeux, messages publicitaires reçus via des affiches communicantes…), et payent de plus en plus leurs achats quotidiens via des porte-monnaie électroniques intégrés à leur téléphone.
 
En Europe, ce type d'interaction est naissant, même en France où les deux tiers du chiffre d'affaires du téléchargement légal sont réalisés grâce aux téléphones mobiles. Mais de nombreux éditeurs de contenus téléchargeables sur mobile fourbissent leur arme et seront présents à Barcelone. Aux côtés des gros acteurs qui ont des stratégies prêtes à l'emploi… De quoi anticiper oui si ou non, cette brise légère de l'interactivité sur le marché européen des mobiles, va passer en 2006 du statut de zéphyr à celui de vent fort et régulier !  
 
Jean de Chambure
Rédacteur en chef