Après les fameuses lunettes 3D, un type différent de montures permet aux personnes qui ont des soucis auditifs ou oculaires de profiter des joies du cinéma

Access Glasses rend le cinéma accessible à tous

Aux Etats-Unis, le concept existe depuis quelques mois grâce à Sony Digital Cinema et Regal Entertainment: les Access Glasses. Il s'agit de lunettes 2D et 3D qui permettent aux malentendants de lire les sous-titres d’un film, et, de manière indépendante, en six langues différentes. Les lunettes couplées un casque à des écouteurs mettent à disposition de leurs propriétaires malvoyants un système d'audiodescription. On pourra d'ailleurs découvrir en première européenne ces nouvelles lunettes-sous-titres le 5 février prochain au Gaumont Capucines à Paris.

Concrètement, comment marchent ces lunettes? 

Le texte est placé directement dans le champ de vision du spectateur de sorte qu'il n'ait pas à regarder constamment en bas d'écran, ce qui peut devenir assez inconfortable. L'emplacement du texte peut être ajusté selon les préférences de chacun. L'information est diffusée sans fil. Les lunettes comprennent également des casques pour les personnes aveugles ou malvoyantes. Regal - la plus grande chaîne de cinéma aux Etats-Unis - a déjà commencé à utiliser les lunettes « d'Access » au mois d’avril dernier, avec pour objectif de les rendre disponibles dans la quasi-totalité de ses salles d'ici début 2013.

On avait déjà parlé à L’Atelier d’une paire de lunettes mises au point par le Fraunhofer qui proposait comme d’autres modèles de superposer des informations virtuelles à l’environnement visualisé, mais qui permettait aussi de passer d’un contenu à l’autre d'un simple mouvement des yeux. Déjà, en Espagne, la Fondation Vodafone en collaboration avec l'université Carlos III s'était attaqué au sujet avec un prototype de lunettes semblables à celles d’Access Glasses, mais avec une oreillette pour les malentendants au lieu du casque audio.

La bonne nouvelle, c'est que grâce aux avancées de chacun, tout le monde devrait bientôt profiter du cinéma.

Rédigé par Ana Cervera-Lozano
Journaliste