Plus de 4,7 millions de nouveaux noms de domaine ont été enregistrés au premier trimestre 2004, selon les chiffres publiés par la société américaine VeriSign, spécialisée sur ce segment...

Plus de 4,7 millions de nouveaux noms de domaine ont été enregistrés au premier trimestre 2004, selon les chiffres publiés par la société américaine VeriSign, spécialisée sur ce segment. Il s’agit d’un véritable record : autant d’adresses en un trimestre, c’est plus que ce que Verisign avait jamais pu constater dans toute l’histoire d’Internet.

Désormais, 63 millions de noms de domaine sont enregistrés dans le monde (soit un nom de domaine pour 100 habitants de la planète !). La plupart d’entre eux sont utilisés plus activement que jamais : plus de 72 % d’entre eux mènent à un site web aujourd’hui, contre une proportion de 55 % au meilleur moment de la bulle Internet en décembre 2002. Un phénomène que Raynor Dahlquist, vice-président au sein de VeriSign explique par la maturation du marché, qui « s’intéresse moins à la spéculation sur les noms et leur possible revente que précédemment ».

L’enregistrement d’un nom de domaine devient monnaie courante, et de plus en plus de particuliers y ont recours. Le nombre des adresses se terminant par un code pays (hors « .com » et « .net ») croît très rapidement. Elles représentent aujourd’hui 40 % de l’ensemble des adresses globales. Plus spécifiquement, ce sont les « .de » (Allemagne) et les « .uk » qui sont les plus répandus, avec respectivement 12 et 8 % de l’ensemble des adresses enregistrées dans le monde.