Avatar, c'est comme un CD de musique classique dans les magasins spécialisés dans la vente d'enceintes. C'est la bande son test avec de l'image animée en 3D. C'est vrai qu'après voir vu le film dans la salle Imax du Métreon, je me suis rappelé une rencontre avec Nicolas Seydoux, patron de Gaumont. Celui-ci était venu nous parler du forum d'Avignon. Et il avait dit qu'il n'avait aucune crainte pour l'avenir des salles obscures. Argument : les hommes auront toujours besoin de partager.

Je ne peux être que d'accord, sinon des lieux comme L'Atelier, l'Échangeur, La Cantine, La Ruche, Parisoma auraient du mal à exister. La, dans cette salle qu'on a plutôt l'habitude de fréquenter pour regarder des requins ou des dinosaures, le film de Cameron claquait bien. Seul regret, que la salle ne soit pas équipé des sièges D Box dont nous avions parlé ici et dans L'Atelier Numérique. Des fauteuils capable de transmettre la sensation de déplacement. En même temps, mon voisin qui faisait des bonds et se tenait le ventre à chaque fois qu'un indien bleu tirait une flèche sur les cowboys augmentés, avec ce type de technologie serait devenu malade.

Donc oui, bon film test pour la 3D, le rendu du numérique. Après, on pourrait dire que c'est une sorte de bon condensé de Tron, et de Dark Crystal. Mais le problème, pour moi, c'est cette philosophie mignonne derrière, ces séquences "folklore" aussi embarrassantes que dans un bon vieux James Bond ou le village des Ewoks. Et ce côté prévisible. Mais merci quand même, James Cameron pour le spectacle que me donnait mon voisin. Et plus que un an à attendre pour voir "The Power of the Dark Crystal". Même si ne suis pas sûr d'avoir envie que ce truc sorte.

Rédigé par Renaud Edouard-Baraud
Directeur général de L'Atelier BNP Paribas Asia