A l'heure des épreuves du baccalauréat, le personnel scolaire n'a jamais été autant sur le qui-vive... Et oui, il va sans dire que les outils dont nous disposons aujourd'hui, je dirais même que les adolescents disposent aujourd'hui, sont des menaces de taille pour le bon déroulement des épreuves...

Avis aux tricheurs 2.0...

Les techniques de triche? Elles sont connues et reconnues depuis des générations d’élèves et d’étudiants ! Mais voilà que les nouvelles technologies changent la donne puisque le Smartphone serait désormais l’outil privilégié des tricheurs high tech. Fini les petit bouts de papiers déguisés en brouillon sur les rebords des tables et place au mobile! 

En effet, avec un accès haut-débit, la fraude est illimitée: Wikipédia, réseaux sociaux, -là je vous l’accorde, la triche nécessite des complices- ou encore téléchargement de corrigés en temps -presque- réel... Certains sites ont même fait de cet engouement, leur cheval de bataille : Webtricheur propose aux étudiants d’élaborer eux-mêmes leurs antisèches en ligne et de  l’optimiser sur un écran de mobile. 

Bien sûr, les mobiles sont interdits dans les salles d’examens me direz-vous. Mais le ministère planche tout de même sur un moyen de brouiller les ondes wifi nécessaires à la connexion Internet... Des techniques qui poseraient des soucis juridiques et techniques. Affaire à suivre donc, après le bac, nous n'aurons plus qu'à assister, impuissants à l’étendue des dégâts...ou pas ! 

Rédigé par Estelle Caudal