Pierre-Yves Thoraval, directeur de la surveillance générale du système bancaire à la Commission bancaire déclarait hier "en dépit d'un léger creux à la fin de l'année dernière, dû au passage à l'eur...

Pierre-Yves Thoraval, directeur de la surveillance générale du système bancaire à la Commission bancaire déclarait hier "en dépit d'un léger creux à la fin de l'année dernière, dû au passage à l'euro, la préparation des établissements de crédit à l'an 2000 est très satisfaisante" "Les cinquante premiers établissements seront prêts à temps et seul un petit nombre à encore du retard". Les banques françaises semblent donc être l'industrie la mieux préparée pour affronter le bogue de l'an 2000. Les banques ont engagé des phases tests depuis janvier : internes et externes (clients). Pierre Simon, le directeur général de l'Afecei insiste sur le rôle des banques dans la sensibilisation des PME. Des tests de place sont également prévus pour les prochains mois. L'essentiel des efforts des établissements de crédit doit maintenant se consacrer à l'élaboration des plans de sauvegarde. Quels que soient les incidents possibles, ceux-ci doivent permettre la continuité des activités essentielles. Tous les types de défaillance doivent être recensés. Des solutions simples et pratiques doivent être imaginées pour pouvoir rapidement les tester et mettre en place les modes d'emploi. Les trois tests de place pour le passage de l'an 2000 sont prévus pour les 27 mai-2 juin, 3-7 août et 9-14 septembre. Deux autres expérimentations prévues les 10-12 août et 28-30 septembre seront consacrées au passage du 29 février 2000. Enfin, les 12-13 juin prochain, aura lieu le test mondial. Un moratoire de mise en production de nouveaux applicatifs informatiques pour la fin de l'année est prévu dès le mois de juillet. Il sera suivi d'un gel en décembre. Une cellule de crise aura été mise en place à cette date par les autorités de tutelle. (La Tribune - 31/03/1999)