Le très illustre chroniqueur du magazine Fortune et auteur de nombreux best-seller Stanley Bing condamne ouvertement sur son blog Microsoft qui a osé utiliser son nom et par conséquent sa très forte image de marque pour son nouveau moteur de rechercher Bing. Stanley propose à la firme de Redmond un partenariat entre les deux marques où Mr Bing serait le logo, la figure de proue de l’entité et son porte parole. “C'est un cas sans précédent d'usurpation de marque par une des sociétés les plus puissantes et les plus riches au monde” dit Bing.
De plus il s’inquiète des répercussions sur lui et sur tous les Bing de la campagne de pub qui avoisinerait les 100 millions de dollars que Microsoft s’apprête à lancer.
« Depuis 25 ans, j’ai jalousement protégé la valeur de ma marque » annonce le chroniqueur qui ajoute que « depuis plusieurs années elle a été menacée par Rudolf Bing (illustre directeur de l’opéra de New York), Chandler Bing (personnage de fiction de la série américaine Friends) et Stephen Bing (le célèbre promoteur immobilier) ». D’après lui ces attaques ne sont en rien comparables à celle entreprise par Microsoft. La marque Bing doit se préparer à un dur combat en particulier pour sa place dans les résultats des moteurs de recherche.
Stanley a fait un pas vers Microsoft en proposant aux responsables du moteur de recherche d’ouvrir des négociations parce qu’il en est sûr « ils seront beaucoup plus forts ensemble que séparément ».
Pour finir il indique que la forme et la nature de l’accord sont à définir, qu’il est libre à partir de la seconde semaine de Juin et qu’il est prêt à considérer toutes les offres du moment qu’elles sont raisonnables.

Bien qu’ironique, on peut supposer que cet article qui fait le buzz est destiné à faire comprendre à Microsoft que, s’il souhaite continuer à utiliser ce nom pour son nouveau moteur de recherche, il va devoir trouver un arrangement. Qui on peut le supposer fortement sera d’ordre financier.

Rédigé par Romain Touret