Un site d'archives sur la « Nouvelle France » - La France et le Canada viennent de lancer un portail Internet dédié à l'époque de la domination française en Amérique du Nord, depuis la fondation ...

Un site d’archives sur la « Nouvelle France » - La France et le Canada viennent de lancer un portail Internet dédié à l’époque de la domination française en Amérique du Nord, depuis la fondation de Québec par Samuel de Champlain jusqu’à sa conquête par les Anglais en 1759. Avec ce portail riche d’une base de données de plus de 22.000 documents d’archives, la France et le Canada sont les premiers pays à mettre en ligne un fonds d’archives aussi volumineux. De nouvelles techniques de numérisation ont été utilisées pour traiter les documents, regroupés en douze rubriques, qui traitent de la traversée de l’Atlantique par les Français, de la vie quotidienne dans les colonies, des combats menés contre les Anglais, etc. Baptisé « Nouvelle-France / horizons nouveaux », le site est consultable à l’adresse www.archivescanadafrance.org. Un sous-marin nucléaire à visiter sur Internet - Le ministère de la défense, qui proposait déjà des visites en ligne du char Leclerc et du porte-avions Charles-de-Gaulle, a ouvert cette semaine une page web consacrée à la visite du sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE). Depuis le site www.defense.gouv.fr/visites_virtuelles/snle/index.htm, les internautes peuvent s’introduire aussi bien dans les espaces opérationnels (poste de torpilles, compartiment des missiles) que dans les espaces de vie des militaires (infirmerie, logement des officiers). En notes explicatives, le site dispense également des informations sur l’emploi des forces nucléaires, la vie à bord, et l’architecture du bâtiment. Marché des SMS : L’UFC revient à la charge - L’UFC (Union fédérale des consommateurs) a confirmé aujourd’hui les résultats de son étude sur l’économie des SMS. Mardi, l’UFC dénonçait l’abus de pouvoir des opérateurs sur la tarification des mini-messages écrits, les SMS. Les responsables des trois opérateurs de téléphonie mobile ont réagi à ces accusation, arguant que l’étude de l’UFC ne prend pas en compte certains coûts de fonctionnement dans son calcul du prix du SMS. A son tour, l’UFC répond que tous les coûts engagés par les opérateurs ont bien été pris en compte dans ses calculs, et que par conséquent, SFR, Bouygues Telecom et Orange réaliseront bien 800 millions d’euros de marge sur le milliard d’euros de chiffre d’affaires dégagé par les SMS ! (voir aussi article de l’atelier du 26 novembre 2003). ( Atelier groupe BNP Paribas – 28/11/2003)