MCI – L'ex-Worldcom, devenu MCI, a annoncé son intention de supprimer 4.000 emplois, soit 7 % de ses effectifs, et de fermer trois de ses centres d'appel, à Denver, Phoenix et Niles. Ces projets...

MCI – L’ex-Worldcom, devenu MCI, a annoncé son intention de supprimer 4.000 emplois, soit 7 % de ses effectifs, et de fermer trois de ses centres d’appel, à Denver, Phoenix et Niles. Ces projets s’inscrivent dans un programme de réduction des coûts (objectif : entre –15 et –20 % cette année), rendu inévitable par la nouvelle orientation gouvernementale sur le marketing téléphonique. Les lois américaines dites « Pas d’appel » prévoient l’interdiction aux services de télémarketing téléphonique d’appeler les numéros placés en liste orange sur les annuaires. Les licenciements auxquels MCI doit se résoudre sont désormais légion pour les opérateurs américains : Verizon a ainsi supprimé 21.000 emplois, tandis que SBC Communications et Sprint ont déjà fait savoir qu’ils réduiraient leurs effectifs de respectivement 4000 et 2000 postes. Terra Lycos – La filiale Internet de l’opérateur Telefonica, bien connue pour son portail, va elle aussi réduire ses effectifs. Selon des sources syndicales, 10 % des effectifs de Terra Lycos seraient concernés, sur un total de 2.300 salariés. Là encore, il s’agit de rationaliser les coûts ; en 2003, Terra Lycos avait réduit sa perte nette de 91,4 % à 172,7 millions d’euros, grâce à d’amples opérations d’assainissements d’actifs l’année précédente. EMI – Le groupe EMI va supprimer 20 % des effectifs de sa division musique enregistrée (recorded music : enregistrement et fabrication des CD, cassettes…), soit 1.500 emplois. Une restructuration qui devrait coûter à EMI 112 millions d’euros, mais aussi lui permettre d’en économiser 75 millions par an. Les suppressions de postes au sein d’EMI trouvent leur explication dans la volonté du label de sous-traiter une partie de sa production en Europe et aux Etats-Unis. (Atelier groupe BNP Paribas – 31/03/2004)