Depuis le début de l’année, 102 start-up engagées dans la net économie ont fait l’objet d’un jugement d’ouverture par le Tribunal de commerce de Paris, dont 19 en septembre 2001. Le passif moyen déc...

Depuis le début de l’année, 102 start-up engagées dans la net économie ont fait l’objet d’un jugement d’ouverture par le Tribunal de commerce de Paris, dont 19 en septembre 2001. Le passif moyen déclaré au greffe lors du dépôt de la déclaration de cessation des paiements était de 3,5 millions de F en septembre 2001, soit des montants beaucoup plus élevés que ceux déclarés par les sociétés engagées dans d’autres secteurs d’activité (environ 350 000 F en moyenne). 100 salariés au moins ont été concernés par ces défaillances. Les services du greffe ont détecté en septembre 2001, 7 nouvelles start-up en difficulté. Parallèlement à cette progression des défaillances, les immatriculations de start-up décroissent régulièrement depuis mars 2001 : 108 créations de start-up engagées dans la net économie en mars, 86 en avril, 83 en mai, 72 en juin, 48 en juillet, 38 en août et 46 en septembre. En septembre 2001, 1 893 nouvelles sociétés se sont immatriculées au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris, soit une baisse de 5 % par rapport à septembre 2000 (2 005 immatriculations). Près de 6 700 inscriptions modificatives sur déclaration du dirigeant ont été enregistrées au RCS en septembre 2001, soit une baisse de 11 % par rapport à septembre 2000. Les investissements des entreprises parisiennes restent stables en septembre avec 606 inscriptions de nantissements de fonds de commerce et outillage (600 inscriptions en moyenne par mois en 2000), mais enregistrent néanmoins une baisse de 16 % par rapport à septembre 2000. Les inscriptions de privilèges de la sécurité sociale s’accroissent faiblement de 1 % depuis le début de l’année. Depuis juillet 2001, l’endettement fiscal des entreprises décroît, mais enregistre une hausse de 3 % depuis janvier 2001. 344 jugements d’ouverture en procédures collectives ont été prononcés en septembre 2001, contre 381 en septembre 2000, soit une baisse de 10 %. Le montant moyen du passif des entreprises défaillantes était en septembre de 350 000 F en moyenne, contre 550 000 F en septembre 2000. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 10/10/2001)