Appuyer sur l'écran de son portable pour garer son véhicule. Plus aisé, mais tellement moins élégant...

Le créneau, un savoir bientôt perdu pour l'humanité?

Pouvoir garer sa voiture automatiquement n'est pas vraiment ce qu'on pourrait appeler une révolution technologique. Bon nombre de véhicules plus ou moins hauts de gamme sont déjà équipés de pareilles fonctionnalités. Mais garer sa voiture à l'aide son téléphone, ça, c'est nouveau (et ça impressionne les voisins, ce qui ne gâche rien). L'application qui permet ce petit miracle a été baptisée  "Park4U Remote"

En gros, le smartphone identifie la localisation et la dimension de la place via la caméra du smartphone. Il suffit ensuite au conducteur de presser légèrement l'écran du téléphone, pour que le véhicule se mette à reculer, braquer, puis contrebraquer tout seul. Pouf, dix secondes plus tard, la manœuvre est effectuée, et vous pouvez sereinement aller vaquer à d'autres occupations plus enrichissantes que l'établissement d'un constat pour "aile endommagée". (A souligner: Tout risque d'accident est évité, puisque dès lors que l'utilisateur relâche sa pression sur l'écran, la voiture stoppe sa folle manœuvre)

L'opération peut être effectuée depuis l'intérieur ou l'extérieur du véhicule, ce qui peut s'avérer pratique dans le cas où un autre conducteur peu inspiré aurait décidé de se garer au plus près de votre portière durant votre absence.

Finalement, il s'agit là d'un gadget bien utile qui éclairera la vie de bon nombre de phobiques des créneaux. Deux bémols, toutefois. Tout d'abord, soulignons qu'avec les manoeuvres artisanales, c'est un grand spectacle qui disparait. Plus jamais ces petits instants de bonheur où, l'œil brillant et le cœur emplit d'une jouissance toute mesquine, nous assistions à la bataille perdue d'avance entre un conducteur et une place de toute façon trop petite. (du genre "mouhaha, il ne rentrera jamais, le con").

D'autre part, pour les quelques élus étant parvenus à maîtriser cet art obscur (au prix, on l'imagine, de nombreux pactes avec le démon), l'évènement marque également un triste tournant. Cette maitrise ne sera plus source de fierté, mais de honte. Et vos petits-enfants, à qui vous conterez vos exploits réalisés rue du 4 septembre, ou boulevard Haussmann vous regarderons avec un demi-sourire entendu, et plein de tendresse.
Parce que finalement, vous aussi, en même temps que le créneau, vous serez devenus has-been...

Rédigé par Johnatan Farouz