Une semaine après son lancement, le site lestelechargements.com aura fait couler beaucoup d'encre numérique. Les internautes sont unanimes, ou presque : le "blogue le plus cher du...

Une semaine après son lancement, le site lestelechargements.com aura fait couler beaucoup d'encre numérique. Les internautes sont unanimes, ou presque : le "blogue le plus cher du monde" est un échec. Le dialogue y est réduit, contraint, et les points de vue exposés dans les interviews officielles paraissent plus en adéquation avec le projet de loi défendu par le gouvernement que véritablement éclectiques.
 
Rappel : le site lestelechargements.com se veut un pont entre les internautes, les artistes et le ministère de la Culture avant la reprise des débats au sujet du projet de loi sur le droit d'auteur et les droits voisins dans la société de l'information (DADVSI). Il est financé par le ministère de la Culture et des représentants de l'industrie musicale. Retour sur un site ô combien polémique.
 
22 février : lancement en grande pompe, au Palais de Tokyo, en présence de Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture, d'officiels, d'artistes, de bloggeurs et de journalistes. Trois interviews vidéo ouvrent le bal : Guillaume Champeau (Ratiatum), partisan de la licence globale, contre Jean-Jacques Annaud et Marc Lavoine qui défendent le projet de loi. Immédiatement, les commentaires fusent : plusieurs dizaines par heure, mettant à rude épreuve les équipes chargées de la modération.
 
23 février : résultat de cette surcharge, les commentaires sont fermés, des interviews disparaissent et reviennent, moins de deux jours après le lancement du site. Dans le même temps, Libération met le feu à la poudrière en révélant que le développement du site, confié à l'agence Publicis, a coûté la bagatelle de 180 000 euros, alors qu'il repose sur une plateforme de blog libre et gratuite, DotClear, sur laquelle des amateurs construisent des sites du même acabit, sans bourse délier.
 
Olivier Meunier, l'un des auteurs de la plateforme DotClear, ironise sur son blog : "Voilà donc un site dont le but est bien de soutenir une loi impopulaire qui a pour effet de bord de mettre en danger le logiciel libre. Et là, j'avoue être très admiratif du grand écart réalisé par les concepteurs du dit site puisqu'ils utilisent DotClear".
 
24 février : des sites concurrents font leur apparition, et deviennent rapidement célèbres grâce au bouche à oreille. Ceux-ci reprennent le nom "lestelechargements" en le déclinant à l'aide des multiples extensions de noms de domaine existantes : .net, .info ou .fr. Un Google Bombing est même organisé pour promouvoir lestelechargements.info au détriment du site officiel.
 
Le site lestelechargements.fr, construit avec les mêmes outils que son homologue en .com, se targue quant à lui de surveiller le "blogue le plus cher du monde" et compare les 180 000 euros qu'ont coûté ce dernier à ses propres coûts de développement.
 
27 février : deux nouvelles interviews vidéo font leur apparition sur le site officiel : Martin Solveig et Claire Keim. Pour celles-ci, les commentaires sont fermés. Un seul billet, tourné sous forme de question, permet encore aux internautes de s'exprimer. La plupart sont désormais désabusés et se tournent vers d'autres espaces pour poursuivre les houleux débats qui entourent le DASVSI.
 
Le ministère, qui ne devait pas s'attendre à une telle mobilisation des internautes, sait désormais que tous les yeux seront tournés vers l'Assemblée nationale pour la reprise des débats, le 7 mars prochain.
 
Alexandre Laurent, pour l'Atelier
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 28/02/2006)