Dans les bandes dessinées, les personnages parlent souvent avec des têtes de mort, des points d'exclamation, des lumières. Je pourrais faire un inventaire à la Prévert, mais finalement, non. Résumons en écrivant que les personnages de BD parlent avec des images, ce qui est logique puisque c'en sont aussi. Si vous vous fiez au titre, et à cette introduction, vous vous demandez si une nouvelle aventure d'Oum le dauphin galaké vient de paraître. Et bien non.

C'est juste que des chercheurs arrivent maintenant à représenter les vocalises de nos amis mammifères en image, et non plus seulement sous forme d'horribles courbes onduleuses. Merci à  Jack Kassewitz, un adepte du  CymaScope, sûrement ami de Mathieu Kassovitz adepte lui du cinémascope. C'est honteux d'écrire cela en ce début d'année, mais cela peut être excusé par mes abus d'eau plate. Pour revenir dans le sérieux, toutes les productions sonores sont  disponibles sous forme de CymaGlyph.

Est- ce que cela fait avancer la science ? Oui, si on arrive à retrouver le même motif à chaque fois qu'un gracieux  cétacé transmet à ses copains la géolocalisation d'une crevette géante trouvée avec son sonar. Si c'est le cas, il suffira de fabriquer le motif pour communiquer. Tout cela nous fait espérer qu'aux questions de Prince, nous pourrons bientôt répondre. Quelles questions ? Celles-là : "If I came back as a dolphin would you listen to me then? Would you let me be your friend? Would you let me in?" Quelle réponse à cela ? Non.

Rédigé par Renaud Edouard-Baraud
Directeur général de L'Atelier BNP Paribas Asia