monnaie unique. Selon un sondage réalisé récemment par l'Ipsos pour le compte de l'Association des maires de grandes villes et le Crédit Local de France-Dexia auprès de maires de communes de plus de...

monnaie unique. Selon un sondage réalisé récemment par l'Ipsos pour le compte de l'Association des maires de grandes villes et le Crédit Local de France-Dexia auprès de maires de communes de plus de 30 000 habitants, 83 % des maires interrogés ont conscience du rôle "important" d'information qu'ils ont à jouer, mais78 % reconnaissent ne pas avoir encore organisé d'opération de communication sous quelque forme que ce soit. Cela n'inquiète pas pour autant le commissaire européen Yves-Thibault de Silguy "quand les pays retenus pour l'euro seront définitivement connus en mai prochain, il y aura un phénomène médiatique majeur qui amplifiera la mobilisation". Cependant, à l'heure actuelle, 9 européens sur 10 s'estiment mal informés sur l'euro. Seules quelques collectivités locales comme Sarlat, Issy-les-Moulineaux, Poitiers, Cherbourg et du département de la Mayenne ont pour l'instant lancé des opérations de circulation d'euros factices. D'autres, plus nombreuses, ont simplement distribué une version de leur budget libellée en euros. Quelques unes enfin préparent, pour les prochains mois, un travail en profondeur, particulièrement auprès des personnes âgées ou des exclus, population pour laquelle le passage à l'euro sera le plus délicat. S'estimant "mal préparés" (55 %), "mal informés" (54 %), seule une minorité d'élus interrogés (16 %) ont mis en place un groupe de pilotage interne chargé de préparer le passage à l'euro. Ils sont 22 % à avoir désigné un "monsieur euro" et 36 % à avoir entamé une réflexion sur l'adaptation de leur stratégie financière. De toutes façons, ce n'est qu'à partir du 1er janvier 2002 que les collectivités locales devront obligatoirement présenter leurs documents budgétaires et comptables en euros, avoir adapté tous les textes comportant des sommes exprimées en F, et avoir recalibré les machines, comme les horodateurs, fonctionnant avec des pièces. Selon une étude de Standard & Poor"s, le coût du passage à l'euro pour les collectivités "pourrait être proche de celui des banques estimé à 2/3 % des frais d'exploitation par an, pendant les trois années de transition". Cependant, selon le maire d'Orléans, Pierre Sueur "il ne faut plus perdre de temps et les élus doivent mettre les bouchées doubles". Toutefois, à l'occasion du congrès de l'Association des maires de France qui se tient à la mi-novembre, un guide de l'euro à l'intention des maires, actuellement en cours de préparation par l'administration, sera disponible, c'est un début. De leur côté, la plupart des grandes villes allemandes ont déjà arrêté leur propre plan de basculement. (Les Echos - Libération - 28/10/1997)