A la fin de cette année, Ebics* prend le relais d'Etebac. Derriere ces acronymes, se cache une profonde modification qui concerne nombres d'entreprises.
Les clients des établissements financiers disposent en général de services de transfert de fichiers par télétransmission pour accéder à leurs extraits de compte, effectuer des virements, etc. En France, et uniquement dans l'hexagone, ces échanges de données étaient régis par des normes. En l'occurrence, les normes interbancaires Etebac (Echange TElematique BAnque-Clients).
En novembre 2008, le Comité français d'organisation et de normalisation bancaires (CFONB) a décidé de passer à un standard Allemand, Ebics soit Electronic Banking Internet Communication Standard.
Alors que la première norme fonctionnait avec le protocole X.25, Etebac se base lui sur IP (Internet Protocol). A noter que X.25, en dehors des établissements bancaires, est encore en usage pour la navigation aérienne. Pas étonnant : X.25 a comme caractéristique d'être totalement sûr.
Pour nombre d'entreprises, ce changement passe une migration de leurs systèmes. Se pose donc la question de l'organisation de cette migration ? Et, même si ce bouleversement est inévitable, il est tout de même important se savoir quels sont les avantages et les inconvénients d'Ebics par rapport à Etebac.
Pour répondre à ces questions, L'Atelier s'est associé à un spécialiste du genre, Clear2Pay. Accompagné de Cap Gemini et de la Banque Postale, cet éditeur viendra aussi présenter son module Diagram EBICS, qui facilite la migration des échanges X.25 vers la technologie IP.
*Electronic Banking Internet Communication Standard