D'après des chercheurs de l'université de Tel Aviv, Internet et les réseaux sociaux seraient des éléments cruciaux dans le développement de la personnalité d'un adolescent...

"Facebook aide les adolescents à se trouver eux-mêmes."

Alors que vous, parents terrifiés, contemplez avec désespoir, chaque jour, votre progéniture se perdre dans les abysses de l'Internet, le Professeur Moshe Israelashvili vole  à votre secours ! Oui, la Toile est un univers sombre et  dangereux, peuplé de prédateurs sexuels en tout genre et hantés par la désinformation. Mais n'ayez crainte, si votre rejeton passe 15 heures par jour sur Youtube ou Facebook, c'est pour son bien ! Il se cherche, il construit du lien social, il façonne son moi intérieur.

Ce cher professeur nous signale d'ailleurs que les définitions de l'addiction sur Internet sont beaucoup trop alarmistes et négatives. C'est vrai que si la maladie est diagnostiquée à partir de 38h sur Internet par semaine, on va manquer de camisoles et de places dans les cliniques de désintoxication.  D'ailleurs, Moshe Israelashvili précise que les adeptes de Facebook sont bien loin des adolescents perturbés qui " jouent aux jeux en ligne, parient sur le net et passent leur temps sur des sites pornographiques". Nous voilà rassurés, je voyais déjà des cohortes de parents faire le siège de la maisonnette de Mark Zukerberg pour lui sommer de payer les séances d'analyse de leurs bambins ou les séjours en hôpital psychiatrique. Et dire que tout le monde déteste Freud maintenant, pourtant, on aurait bien besoin de lui !

Mais quand même, si votre chérubin passe sa vie à tagger des photos et à liker frénétiquement ses comparses, c'est un petit peu de votre faute aussi. Vous ne savez pas lui parler comme il faut. S'il navigue sur le web, c'est parce que vos discussions à l'heure de repas ne concernent que trop rarement ses centres d'intérêts. Alors le pauvre adolescent perdu va chercher le savoir sur Internet, auprès d'oreilles plus attentives et charitables. Donc s'il vous plaît les géniteurs, arrêtez de leur parler de leurs notes ou de leur avenir, c'est has been ! On vous conseille plutôt de parler voire d'emmener les enfants dans des cercles de poker clandestins, ça leur évitera de jouer sur Internet. Vous voyez, il n'y a aucune raison de s'inquiéter...

Rédigé par Mathieu Paumard