Et on clique tous, tous, tous pour... Facebook! Le succès fulgurant du site Facebook.com ne relève en rien du miracle. Mais ce tour de force qui fédère plus de 50 millions d'internautes ne doit pas nous aveugler.

Par Jean de Chambure, Responsable de projets en communication de la Banque de détail France de BNP Paribas (*)
L’immense brassage virtuel que crée Facebook n’ôte en rien, et même renforce, la vitalité de certains sites communautaires au périmètre plus restreint, mais à l’histoire plus ancienne et aux interactions sans doute plus fortes avec la vie réelle. Je pense ainsi à l’histoire du réseau Peuplade.fr, communauté animée de 85 000 voisins parisiens découverte par l’Atelier, que j’ai la chance d’accompagner grâce au partenariat qu’une grande banque a voulu tisser avec ce dernier. Pour en faire quoi ? D’une part, pour offrir aux Peupladiens intéressés des invitations à des événements culturels, sportifs, où cette dernière est associée. Quoi de plus banal qu’une invitation me direz vous ? Certes.
Vive les cafés éco !
Mais lorsque celle-ci revêt quelque chose de novateur et que cela s’adresse d'une façon appropriée à une communauté non habituelle : cela fonctionne ! D’autre part, la promesse d’un Internet participatif où peupladiens et partenaires se rencontrent est en train de se tenir. Le groupe d’agences de Paris XVème a ainsi proposé sur Peuplade.fr ses cafés des voisins qu’il organise les samedis matin, à tour de rôle dans ses agences, intégrant encore plus la banque dans son quartier. Enfin, les « Café éco » viennent d’être lancés avec un concept simple qui a suscité la curiosité et l’intérêt des premiers peupladiens inscrits.
Banquier et humaniste
Faire réfléchir les gens sur une idée éminemment tabou : qu’est ce que l’argent ? Comment le gère-t-on dans nos propres vies ? L’occasion pour trois ou quatre groupes de cinq personnes d’échanger, d’écrire leur réflexion, puis de les partager en public, en la présence d’un banquier professionnel. Bilan positif… Prochaine étape : axer sur une dimension plus pédagogique du sujet, à l’instar de certaines banques canadiennes où de jeunes banquiers donnent, en dehors de leur temps professionnel, des conseils utiles sur la manière de gérer l’argent dans une vie face à un projet. Une communication de proximité alternative qui montre que l’on peut être banquier et humaniste, comme les Florentins l’avaient jadis prouvé.
(*) L'Atelier est une filiale de BNP Paribas
L'Atelier groupe BNP Paribas