Vous êtes seul(e) ? Vous travaillez beaucoup ? Vous mangez dans les restaurants rapides américains ? Bravo, vous êtes dépressif !

Fast-food : après l'obésité, la dépression

Le soir, vous rentrez seul après une longue journée de travail. En chemin, vous vous arrêtez dans un restaurant rapide américain pour prendre un hamburger, hier une pizza, demain, un hot dog. Une fois à table, vous buvez un grand verre de soda, mangez votre repas qui se termine par un beignet à la framboise, hier un gâteau, demain un beignet au chocolat acheté en grande surface. Éventuellement, vous êtes fumeur. Eh bien, vous êtes le profil type du dépressif en puissance.

Bien sûr, vous ne l'êtes pas encore, mais ça ne saurait tarder. Peut-être êtes-vous encore heureux de vivre? Rassurez-vous, pas pour très longtemps. Puisque vous êtes à 51% plus susceptibles de développer ... une dépression. A en croire, tout du moins, une étude* de chercheurs de l'université de Las Palmas de Gran Canaria et de l'université de Granada.

Car manger de la restauration rapide ou commerciale - à l'inverse de l'artisanale - augmente sensiblement le risque de dépression. Avec, en prime, une relation dose-réponse : plus une personne ingurgite sa drogue trop sucrée ou trop grasse, plus celle-ci augmente ses chances d'être dépressive.

Outre les caractéristiques précédemment cités, si vous vous reconnaissez, vous avez sans doute de très mauvaises habitudes alimentaires. Vos amis ne trouveront jamais chez vous : des fruits, des noix, du poisson et de l'huile d'olive, etc. Dans ce cas, vous êtes comme les 496 personnes diagnostiquées et sous médicaments pour dépression par les chercheurs qui ont suivi 8 964 personnes qui ne l'étaient pas avant de se prêter à l'exercice.

Un conseil ? Bien sûr : rentrez vite chez vous, appelez vos amis, et préparez un repas gorgé de vitamines B et d'oméga 3. Le tout plongé dans de l'huile d'olive : des aliments préventifs. Ou partez vivre en Italie.

*Almudena Sánchez-Villegas, Estefanía Toledo, Jokin de Irala, Miguel Ruiz-Canela, Jorge Pla-Vidal and Miguel A Martínez-González. “Fast-food and commercial baked goods consumption and the risk of depression”. Public Health Nutrition. pp. 1-9

Rédigé par Renato Martinelli