Notre première étape à Pekin nous conduit dans les très beaux locaux d'Orange Lab. Là encore, l'ambiance me rappelle beaucoup celle de la Silicon Valley, où Orange a d'ailleurs également un superbe labo. Surtout, nour rencontrons HiPiHi, le Second Life Chinois. Son fondateur, Xu Hui, et deux de ses associés sont venus nous rencontrer. Premiere impression à la visite du site : cela ressemble furieusement au Second Life US....Vraiment, on s'y croit : Avatar, environnement généré par les utilisateurs, objets, terres virtuelles, monnaie...Tout y est. On y vole même. L'Atelier y a d'ailleurs déjà ouvert son bureau. Nous sommes la première entreprise non chinoise a y créer notre île. On adore tester... A écouter la présentation du fondateur de HiPiHi, je me souviens de mes premières visites chez Linden Lab, le créateur de Second Life, à San Francisco, il y a plus de deux ans. On nous promet l'arrivée d'une navigation en 3D : combinant jeu, réalité virtuelle, navigation 3D. On y croit à l'Atelier, et on attend de voir les usages se développer. Mais là, ça sent très franchement la copie. Même les slides sentent le déjà vu. Mais ne boudons pas notre plaisir : nos amis Chinois semblent avoir tirés quelques leçons. Notamment l'ouverture technologique, que Second Life a mis trop de temps à adopter, et qui pourra bien être une des clés du succès. Et un business model un peu différent. Sans compter que la Chine est d'ores et déjà le deuxième pays au monde en matière d'internet, et que les nouveaux utilsateurs intègrent très vite les nouveaux usages. Avec un objectif d'introduction en bourse en 2011...Cependant, avec seulement 75 000 utilsiateurs annoncés, nous ne sommes pas sur des tendances comme celles que nous avons vu jusqu'ici. Décidement, les mondes virtuels ont encore du chemin. Mais, là encore, moi, j'y crois.

Rédigé par Dominique Piotet