Imaginez une technologie capable de capturer l’électricité présente dans l’air. Imaginez que cette électricité récupérée vous permette d’allumer les lumières de votre maison ou de recharger votre future voiture électrique. Imaginez des panneaux installés sur les toits des immeubles et des maisons permettant de prévenir la foudre avant même qu’elle ne se forme.

Bientôt vous n’aurez plus besoin d’imaginer!

Des chercheurs sont d’ores et déjà en train de developper LA technique. Si leurs travaux aboutissent, ils seront capables de transformer l’électricité atmosphérique en une source d’énergie alternative, capable de faire baisser nos factures d’électricités.

Pour l’aspect technique, ces chercheurs supposent que l’eau présente dans l’atmosphère ramasse au fur et à mesure de son périple une charge électrique. Une hypothèse confirmée dans les labos où les chercheurs ont confronté les fameuses gouttelettes et des particules de poussière normalement présentes dans l’air. Dans le détail, ils ont utilisé des particules infiniment minuscules de silices et de phosphates en aluminium. Pourquoi ? Parce qu’ils possèdent tout deux des substances et particules en suspension. Résultat : la silice s’est chargée en ions négatifs au contact de l’humidité, tandis que le phosphate en aluminium s’est chargé d’ions positifs. En d’autre terme : hypothèses validées.

Conclusion : les zones géographiques humides ne devraient pas tarder à avoir la cote...

Rédigé par Joy Cordier