Ces quinze dernières années, l'arrivée d'internet dans l'industrie musicale a remodelé en profondeur les règles du jeu aussi bien pour les maisons de disques que pour les musiciens eux-mêmes. La généralisation du numérique a permis à l'innovation de se frayer un chemin entre les notes et c'est la façon même de créer, de jouer, d'écouter et de partager la musique qui est en pleine mutation. Instruments intelligents, compositions communautaires en réseaux, nouveaux outils, nouveaux champs d'application donnent aux artistes le moyen d'élargir, comme jamais auparavant, le champ de leur créativité, explorant même des chemins tout à fait nouveaux. 

Une nouvelle ère

les smartinstruments entrent en scène

music

Grâce aux nouvelles possibilités offertes par le numérique, le principe d'une technologique embarquée à l'intérieur des instruments pour étendre et diversifier la palette des sons permet à de nouveaux outils créatifs de voir le jour. Ainsi les Smartinstruments, développés par l'équipe du département Acoustique Instrumentales de l'IRCAM, sont des instruments qui ont été augmentés par un dispositif numérique intégrant toutes les possibilités qu'offre un "laptop". Un musicien peut ainsi jouer de la guitare, rajouter une sonorité en plein milieu d'un morceau, caler une rythmique de percussion, distorde le son comme il le ferait avec une pédale Wah-wah, et enregistrer l'ensemble directement en "live". La guitare devient bien plus qu'un instrument en se transformant en studio de mixage et d'enregistrement. Grâce aux fonctionnalités présentes dans l'instrument, la musique jouée peut être ciselée et enrichie presque à l'infini grâce à la gigantesque banque de sons qu'internet met à sa disposition. Suivant un principe similaire, l'accordéon 2.0 Dualo se sert aussi d'un système "intelligent" pour stocker des sons pré-programmés et pour créer des boucles enregistrables qu'il est possible d'insérer au fil de l'eau dans les compositions. Tous ces dispositifs permettent d'élargir et d'étoffer considérablement la création musicale. 

Le renouveau des instruments de musique

guitare

Shutterstock

Instruments disruptifs

Les SPECDRUMS

specdrums

Mais en matière d'instruments, d'autres champs d'exploration encore plus audacieux poussent plus loin l'expérimentation. Basés sur le mouvement, l'espace, la couleur, ils défrichent des territoires encore vierges et permettent l'émergence d'un nouveau langage mélodique et rythmique.

En associant nouvelles formes et électronique de pointe, les AudioCubes, inventés en 2004 par le producteur et entrepreneur belge Bert Schiettecatte, sont des instruments cubiques équipés d'une série de  capteurs et de mini-ordinateurs intégrés. Les sons qu'ils émettent sont modelés par les mouvements que l' "audiocubiste" leur donne. La musique ainsi créée est cartographiée dans l'espace. Il est possible d'enregistrer certains déplacements pour répéter les sons produits en boucle, et le cubes peuvent interagir entre eux pour créer un morceau. Le compositeur devient un chef d'orchestre dont les partitions sont écrites par les déplacements de ses cubes. D'autres inventions, comme les Mimu Gloves, vont également dans le sens d'une composition "spatiale" de la musique. Ce sont des gants électroniques, imaginés par Imogen Heap et Thomas Mitchell en 2011, qui donnent la possibilité au musicien de créer notes, mélodies et effets musicaux en direct en bougeant ses mains et ses bras. C'est par le mouvement du corps, qui devient un instrument à part entière, que la musique est créée. 

Originalité et innovation encore avec les Specdrums, des instruments qui se basent sur les couleurs pour composer. Ce sont des bagues connectées qui transforment les couleurs en son en les touchant. Les capteurs identifient une couleur puis transmettent l'information à votre smartphone qui lui attribue un son à partir d'une banque de données musicales. Il est alors littéralement possible de composer en traduisant en notes un tableau ou un graphisme. Le monde devient ainsi une gigantesque partition musicale. 

Les audio cubes

audio cubes

Audiocubes

De son côté, l'impression 3D apporte également sa pierre à la réinvention de la musique. En offrant la possibilité de créer des instruments sur mesure, avec des caisses de résonnances personnalisées ayant des formes inédites, il permet de ciseler les sons au millimètre près. Musiciens et makers travaillent désormais main dans la main pour façonner ces nouveaux instruments. C'est le cas par exemple du violon "piezoélectrique" mis au point par le cabinet d'architectes et de designers Monad Studios, dont les formes nouvelles et le procédé électrique de création du son, permet de produire des mélodies jamais entendues jusqu'alors. 

"Nous avons pu imprimer un violon en titane, un métal précieux qui offre à l’instrument un timbre, une voix toute particulière. Cela a été possible grâce à notre collaboration avec une entreprise du secteur aérospatial qui imprime des composants en titane pour les moteurs d’avion. Cela nous permet d’être pionniers dans le développement de nouveaux sons." Veronica Zalcberg, co-fondatrice de Monad Studios.

"Aujourd’hui, les genres foisonnent et se mélangent comme jamais. Grâce à la technologie, les gens commencent vraiment à travailler ensemble. Je vois tellement de pièces de théâtre qui incluent de la vidéo. Je vois le mélange entre la musique enregistrée et la musique live. Il y a une prolifération de nouvelles choses." 

Philip Glass

Mais la musique devient aussi plus communautaire et participative grâce à internet et aux objets connectés. Ainsi le DJ polonais Piotr Bejnar a mis des bracelets en 3D reliés à sa table de mixage qui intègrent dans son set les battements de coeur des gens qui assistent à ses sets, leur permettant de composer avec lui la musique sur laquelle ils dansent. Dans le même esprit, DJ Chloé a collaboré avec l'Ircam en 2015 pour mettre au point un dispositif interactif permettant aux spectateurs d'interagir avec elle lors de ses concerts. Les sons circulent de ses platines jusqu'aux smartphones du public, et chaque participant peut influer sur la musique, rajouter des effets, des sons. On parle ici d'une véritable co-création de l'expérience scénique. 

C'est donc une redéfinition complète des fondamentaux qui guidaient jusqu'à présent la création musicale à laquelle on peut assister aujourd'hui. Toutes ces innovations vont dans le sens d'une musique élargie, augmentée, qui se mélange à un point jamais atteint avec la technologie, fusionnant avec elle et devenant ainsi un creuset d'innovation, ouvrant la porte à des champs d'application inédits. 

Le renouveau de la créativité

Shutterstock

Nouveaux territoires

Cette extension du domaine de la musique est parfaitement illustrée par le projet OMNI, parrainé par le mathématicien Cédric Villani. Inventé par l'Atelier d'Expérimentation Musicale dirigé par le compositeur-innovateur Patrick Moullet, l' OMNI- pour Objet Musical Non Identifié - tient plus de la plateforme créative que de l'instrument de musique.

"Ce projet utilise la technologie et l'art comme moyens de communication pour une tranche de la société généralement oubliée, les handicapés. Son instrument, avec son design étonnant, sa facilité d'exécution et sa forme ronde conviviale appelle à la communication. Et les résultats auprès des handicapés et notamment des autistes sont spectaculaires pour leur permettre de s'exprimer." à déclaré Cédric Villani, Mathématicien et parrain du projet OMNI.

La musicotherapie pour demain

let's dance

Omni propose une approche singulière de la musique, à la fois ludique et immersive, technologique et instinctive. Les 108 facettes colorées qui parsèment sa surface lui donnent l'aspect d'une soucoupe volante. Chacune d'entre elle correspond à un son. A la fois synthétiseur et sampler, c'est une réserve infinie de mélodies, de notes, de bruits du quotidien où de la nature. Entièrement programmable, proche dans son fonctionnement des Smartinstruments, il a cependant une dimension artistique plus affirmée et son utilisation entièrement intuitive le met à la portée de tout un chacun. Surtout, il ouvre un champ d'application inattendu. Parce que sa technologie permet de laisser facilement et simplement s'exprimer la créativité, il favorise naturellement l'expression personnelle. En le mettant au service de jeunes autistes, Patrick Moullet s'est rendu compte que ceux-ci arrivaient à créer du lien social. Omni avait des vertus thérapeutiques évidentes sur ce public en situation de handicap. Aujourd'hui, en collaboration avec Cédric Villani, Patrick Moullet travaille sur un moyen pour unir de façon plus forte musique et thérapie, et continue d'améliorer l'Omni pour le rendre encore plus attractif pour les autistes.

En pleine mutation, la musique est en train de reprogrammer son ADN. Grâce aux nouveaux dispositifs qui émergent, elle devient bien plus qu'une simple suite de notes agréable à écouter. La réalité augmentée et l'intelligence artificielle vont dans l'avenir pousser encore plus loin sa capacité à innover et à nous surprendre. De simple loisir, elle pourrait alors acquérir une dimension nettement plus utilitaire. 

Rédigé par Arnaud Pagès
Journaliste indépendant, spécialisé dans les nouvelles technologies