Avertissement pour tous les historiens de l'art, les spécialistes de l'ère industrielle, les économistes, bref, les experts, les écrits qui suivent sont sûrement remplis d'idioties, mais ce n'est pas moi qui l'ai fait. Ou si peu.

Les internautes sont les nouvelles majors de la culture (*)

Suite du billet sur la fin du savoir via le personal branding.

Avant ce n'était pas mieux mais vous aviez l'oral, la transmission et le partage par la parole, mission de spécialistes griots conteurs, mais aussi devoir de la collectivité. Sont arrivés le papier, et l'auteur, les frères Grimm, ces grands agrégateurs de contes et légendes d'Europe qui se sont sans le vouloir accaparés en leur nom la culture collective. Sans oublier tous les tragédiens, les Shakespeare qui recyclent à tout va, à tout vent et avec talent.

Ont suivi les industries culturelles, éditeurs, maisons de disques et j'en passe. Le contenu, les écrits, les chansons, les images deviennent copropriété, puis propriété à la mort des auteurs et des ayants-droit. Le web arrive, les majors prennent une claque, les vendeurs, autres intermédiaires entre le producteur de savoir et les amateurs éclairés ou non en prennent une autre. Youpi ? Non, les majors, ce sont maintenant les internautes, qui n'apprécient plus de voir leur contenu source rémunératrice se faire copier sans vergogne.

Le creative content ne change rien, il est bien là pour faire reconnaître le droit d'auteur, non pas pour le disperser. Alors qu'on sait bien que nos productions ne sont que l'assemblage de nos influences toute notre vie durant, que les phrases entendues, les textes déclamés, les images intégrées, les sons se sont mélangés dans notre cerveau, lui même issu d'ADN constitué durant des lignées dont l'origine s'est perdu, puis recraché sans copyright et affublé d'un « c'est moi qui l'ai fait » bien oublieux.

(*) Merci @lila_me et ses influences ancestrales, qui m'a aidé à partir d'un brouillon pour arriver à cette conclusion trollesque.

Rédigé par Renaud Edouard-Baraud
Directeur général de L'Atelier BNP Paribas Asia