Internet des objets ou comment le café s'attribue un prix nobel

Rendez-vous à 14h à La Cantine par SiSé, dose de café dans leur vraie machine à expresso.

Voilà de quoi être au taquet pour un démarrage avec Rafi Haladjian en pré-lancement de Sen.se, présentation succincte d'Arduino.

Déballage fébrile de ce kit électronique façon EMT, je me sens vite minable face à @meego.

Arduino, c'est cette carte créée en Italie par des universitaires : une carte électronique presque tout-en-une pour faciliter la création d'objets connectés à Internet. IoT dont le grand maître, Rafi, nous a rappelé qu'il avait déjà des spécialistes : les constructeurs de voiture. Je n'ai toujours pas le permis, et moi la première chose que j'ai eu envie de tester @lacantine : c'est de me faire un expresso, d'entendre le système moudre les grains de café, de mettre la poudre dans le doseur et de lancer l'injection de l'eau. Alors qu'Arduino, ça me fait penser à la carte électronique sensée contrôler mes radiateurs, sauf que mes radiateurs ont repris leur autonomie. Quand Rafi a évoqué les automobiles, cela m'a fait vite dévier vers cette publicité de Daimler Benz, où l'on vend la dernière merco en faisant revivre Gottlieb Daimler. Lui avait l'air de bosser seul, contrairement au concept de coworking appliqué @lacantine et dérivé en partie de la machine à café.

Coworking pour se connecter, et vite je connecte la carte UNO au mac via USB, et l'on fait un « hello world » avec une diode rouge qui clignote. Peut-être pas le clignotant, mais oui, Daimler-Benz a inventé plein de trucs qui repèrent les embuches et induisent un comportement automatique du système de conduite, type ABS. @lacantine, les règles de bonne conduite sont orchestrées depuis le café où Nathanael, the only one with the @lacantine.org email, a révélé a son poste de concierge des communautés créatives. Plus créatives que la diode branchée directement sur la carte, même si on y ajoute des fils et résistances, activés par ordinateur. Gottlieb a été aidé par un mécène financier, Emil Jellinek, dont la fille s'appelait Mercedes.

Silicon Sentier aussi à sa dame de la miséricorde @lacantine, une Marie en version bretonne. Ce n'est pourtant pas elle qui est obligée de coder des sketches pour mon Arduino, ce qui me rappelle mes errances malheureuses et mes crises de nerf pour essayer d'apprivoiser le Basic sur bande magnétique de mon Thomson TO7-70. Détestation, détestation de l'Autriche, oppression de la femme par l'homme, voilà de quoi parle parfois le Nobel de la paix en littérature promotion 2004 Elfriede Jelinek, petite fille d'Emil Jellinek malgré la perte d'un L.

Rédigé par Renaud Edouard-Baraud
Directeur général de L'Atelier BNP Paribas Asia