Internet redéfinit la façon de fournir de l'information. Lors d'une table ronde dédiée à aux journaux et aux blogs dans le cadre du forum sur le "Livre de demain" organisé par l'UNESCO, les intervenants* ont tous insisté sur le fait que l'irruption des blogs et de sites Internet indépendants rappelle que l'opinion n'est plus seulement le privilège des journalistes.

Internet: une source de contenu indispensable pour les fournisseurs d'informations

Internet ouvre de nouvelles perspectives en terme de démocratie et donne la possibilité à tous les citoyens de donner leur point de vue et surtout de réagir en temps réel. Comme le souligne Javier Celaya : « Nous devons désormais compter sur des outils comme Twitter qui nous donnent la possibilité d'interagir en temps réel et quelque soit l'endroit où l'on se trouve dans le monde »

Identifier les bonnes informations

Cela pose pourtant la question de la qualité et de la pertinence du contenu publié. D'après Claire Armistead « les journaux doivent créer une communauté de blogueurs et les aider à valoriser le contenu de leur publication ». Le blog ou les sites de partage sont donc des outils complémentaires et « les intégrer dans notre chaîne de diffusion de l'information nous permet de mieux garantir la qualité du contenu diffusé ». Dans un environnement où l'afflux d'informations est toujours plus important, il faut créer des plates-formes transversales, journaux/blogs où l'internaute trouve l'information qu'il recherche le plus rapidement possible.  

Internet au coeur de l'investigation 

Aujourd'hui Internet ne doit plus servir uniquement à fournir de l'information, il doit également donner la possibilité d'en trouver. Il s'agit en d'autres termes que le numérique soit à présent en  amont de la chaîne d'information. «Internet doit être au coeur de la production de contenu et ne pas être uniquement la déclinaison d'une version papier » explique Eoin Purcell. C'est pour cette raison que les intervenants concluent sur le fait que les grands journaux ne doivent pas avoir peur d'investir beaucoup dans le numérique pour aller chercher de nouvelles voix.

* Claire Armistead, The Guardian, Eoin Purcell, Green Lamp Media et Javier Celaya de DosDoce

 

 

 

 

Rédigé par Maxime Besson Vivenzi