Le 22 avril prochain, date du premier tour de l'élection présidentielle, les habitants d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) ne mettront pas leur bulletin dans une urne traditionnelle. La ville...

Le 22 avril prochain, date du premier tour de l'élection présidentielle, les habitants d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) ne mettront pas leur bulletin dans une urne traditionnelle. La ville, qui vient en effet d'acquérir 60 machines à voter iVotronic de la société ES&S, se met à l'heure du vote électronique.
 
Cette solution permettra de simplifier la préparation des opérations électorales. Ainsi, le temps de dépouillement devrait être réduit à quelques secondes. La machine sera accessible aux personnes en situation de handicap moteur, avec la possibilité de poser la machine sur ses genoux, et sensoriel (aveugles et mal-voyants) grâce à des systèmes de navigation en braille.
 
Pour André Santini, le maire de la commune, dans des propos rapportés par Silicon, "depuis des années, la politique de notre ville est de développer une démocratie participative et de moderniser l'administration communale en nous adaptant à une population massivement connectée. Le vote électronique est une étape supplémentaire".
 
Mais quid de la sécurité? Outre-Atlantique, plusieurs polémiques avaient éclaté sur la fiabilité de ces machines. Selon ES&S, le système d'exploitation utilisé par l'appareil lui est propre, ce qui le rend difficilement piratable, et un dispositif de scellement bloque la machine avant et après les élections.
 
Cette année, sept autres villes françaises expérimenteront le vote électronique, parmi lesquelles Saint-Malo et Noisy-le-Sec.
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 08/02/2007)