Non, Jim Morrison n'a jamais été représenté dans un film de Cecil B. DeMille. Mais il aurait pu, à 15 ans. Certes, à 15 ans, il n'écrivait pas Spanish Caravan, yes I know you can. Mais passons sur ce détail. On va me dire que Jésus non plus n'a pas été représenté dans un film de CBdM. Mais passons sur ce détail. Moïse, lui, si. Donc, si ce n'est l'apparition en guest brûleur de buisson ou porteur de croix, quel est le rapport entre les trois ? La reconstruction faciale. Merci à nos amis de l'University of St Andrews et à ceux de la Tel Aviv University. Bon, en fait, c'est un peu une annonce marketing.

Eugene Kobyliansky n'a pas trouvé le crâne de Jésus, ni celui de Moïse. Mais c'est celui de l'Israélien moyen de l'époque qu'il a pu retrouver dans les tombes et recréer devant nos yeux ébaubis. Quant à l'équipe en charge du roi lézard, ils n'ont fait qu'utiliser un programme de vieillissement accéléré pour lui faire une tête de sexagénaire. Ils n'en sont pas à leur premier coup. Ils s'étaient déjà fait la main sur Marilyn Monroe et  James Dean. Mais aussi sur Elvis Presley et John Lennon qu'ils avaient représentés à des âges respectifs de 70 et 64 ans. Ce qui est étrange, c'est qu'ils prétendent qu'Elvis est mort, ce dont on n'est pas sûr du tout, confère Bubba Ho-Tep. Mais passons sur ce détail. À choisir, je préfère être un "male Jews in ancient Israel" qu'un vieux chanteur mort. Jesus, help me find my proper place, Help me in my weakness, 'Cos I'm falling out of grace. (*)

(*) Velvet Underground

Rédigé par Renaud Edouard-Baraud
Directeur général de L'Atelier BNP Paribas Asia