Ou pourquoi l'industrie du rêve est sur le point de voir le jour.

Le jour est proche où vos rêves se monnaieront. Ne les galvaudez pas!

La nouvelle a déjà fait le tour de la toile. Il serait possible de visualiser sur un écran les pensées de tout un chacun. La méthode mise au point par des chercheurs de l'université de Berkeley consiste en fait à combiner des techniques connues (mesure de l'activité neuronale, du flux sanguin), pour ensuite donner vie à nos pensées (pour plus de précision sur l'aspect scientifique de la chose, suivre le lien http://www.mercurynews.com/health/ci_18957353?source=most_viewed).

Alors, nuançons immédiatement: les images obtenues ressemblent plus à un tableau contemporain pris d'une envie irrépressible de vivre plutôt qu'à un véritable film en HD. Et on a vite fait de prendre des vessies pour des lanternes. Mais tout de même, que c'est beau! Je ne sais pas pour vous, mais de mon côté, pouvoir revivre mes rêves m'est toujours apparu comme un fantasme inaccessible. Ne pas pouvoir accéder aux messages subliminaux de mon subconscient était même un tantinet frustrant.

Mais au-delà de l'effet d'annonce, ce que personne n'a relevé (et que je m'empresse donc de signaler), c'est l'opportunité que représente cette technologie pour une branche cinématographique en cruel manque de reconnaissance: celle des films abstraits.
Imaginez: à condition bien sûr d'améliorer la résolution des films obtenus, c'est tout un réservoir de scénarios rocambolesques qui s'offre à nous. Cerise sur le gâteau, plus besoin de matériel coûteux et encombrant. Un simple enregistreur, et hop, l'on pourrait se retrouver avec la belle Marilyn (l'occasion de sortir des inédits, tiens!) enlaçant fougueusement un Georges Clooney plus étincelant que jamais.
Autre conséquence indirecte, l'apparition d'une nouvelle profession: celle des rêveurs sur commande (savoir dormir sera enfin une qualité reconnue, victoire!!).
Bref, une toute nouvelle industrie bien funky.

Petite recommandation toutefois: si  cette technique doit voir le jour, et si vous souhaitez admirer les manifestations de vos moi et surmoi,  privilégiez une pièce close, à l'abri du regard d'une personne extérieure. Dans le cas contraire, la représentation onirique d'une chaussure cannibale poursuivant un troupeau de lapins bleus dans les couloirs de l'Elysée pourrait bien entamer sérieusement votre réputation.

Rédigé par Johnatan Farouz