Le web, et surtout Twitter, cela modifie tout, cela change tout, cela permet tout. Tout ? Enfin presque. Dans le suivi que nous avons de ce qui se fait en innovation, on tombe sur du lourd non transposable en numérique. Exemple avec l'association Canadian Academic Accounting (Caaa) et la Tel Aviv University (TAU). Je ne sais pas s'ils se connaissent, mais en tout cas, ici, dans ce post, ils vont être mixés. Imaginez, vous êtes auditeur d'une grande entreprise, disons Eron Eron, et vous avez laissé passer quelques "astuces" financières qui vous valent d'être devant une barre en bois avec belle vue sur vos juges. Vous voulez vous en sortir avec le moins de punitions possibles ? Pleurez, chouinez, et dites que vous êtes désolé, demandez pardon.

Pleurez, c'est Tel Aviv qui vous le conseille, et demandez pardon, c'est le Caaa qui vous y pousse. Chez TAU, on explique que "by blurring vision, tears lower defences and reliably function as signals of submission, a cry for help, and even in a mutual display of attachment and as a group display of cohesion". C'est le Dr. Oren Hasson of TAU's Department of Zoology qui le dit. Au Caaa, il a été observé que "remedial tactics such as apologizing or first-person justification can result in lower frequencies of negligence verdicts in cases against auditors when compared to a control group receiving no remedial tactic"

What else could I write? I don't have the right. What else should I be? All Apologies( *)

(*) Nirvana / In Utero / All Apologies

Rédigé par Renaud Edouard-Baraud
Directeur général de L'Atelier BNP Paribas Asia