La love money n'est pas un jeune concept mais avec la crise, il est désormais dans un tournant, comme l'explique le fondateur de l'association du même nom. Les épargnants préfèrent se tourner vers le local et privilégier les petites entreprises.

"L'argent de l'amour" : un financement alternatif au bénéfice des start-up

Le terme love money vient du québécois et siginifie l'argent de l'amour et non pas l'amour de l'argent! Le concept? Aider à l'augmentation du capital des entreprises  grâce à des investisseurs privés qui les financent. Oui mais où est l'amour dans tout ça? En fait, au Québec, les investisseurs sont d'abord la famille ou les amis, les personnes qui nous aiment. La love money a donc voyagé jusqu'en France grâce notamment à l'association qui porte son nom dont Jean Salwa est le Président. 

"En France, 8 millions de personnes investissent dans les grandes entreprises du CAC 40. 50 millions pourraient contribuer à la love money en investissant dans des entreprises, petites ou grandes, qu'ils connaissent, dans leurs régions. Et ces placements peuvent se révéler très productifs." L'association Love Money permet donc à des épargnants d'être mis en relation avec des sociétés qui souhaitent se développer et ce, en toute transparence. L'association compte quelque 2000 épargnants mais Jean Salwa estime que le chiffre pourrait être centuplé aisément. 

La love money n'est pas du tout la même chose que les business angels, insiste le Président. "Les business angels sont en quelque sorte des professionnels qui souhaitent investir dans des entreprises et siègent dans les conseils d'administration lorsqu'ils ont des parts importantes. Les épargnants de la love money n'y connaissent souvent pas grand chose en investissements et ne font pas de gestion. Et le côté local ou régional y est très important."

Jean Salwa se souvient de l'entreprise ADS Métallerie qui a réussi à se développer grâce à l'intervention de la love money. Des salariés ont été embauchés et la croissance est au rendez-vous. La love money est donc le coup de pouce qui permet aux entreprises de reprendre leur souffle grâce à des épargnants qui peuvent réaliser de bons placements tout en aidant des sociétés locales. Une excellent façon de contribuer au développement du commerce, de l'industrie française tout en investissant de façon rentable.

Rédigé par Marion Auvray