Un ami me disait récemment qu'il était impressionné par les locaux de PriceMinister, avec ces grands espaces, cette transparence, cette luminosité… Il appréciait notamment le caractère "ouvert" - je le cite de mémoire - du lieu où siégeait le directeur général. Je trouvais pour ma part que le bureau personnel de PKM était un peu trop clairement "en hauteur", et les images que je voyais sur Internet de ce bâtiment me rappelaient un peu les usines à l'ancienne, semblables à celle d'une des premières scènes de Brazil, avec tous ces employés affairés, observés par le directeur général depuis la fenêtre de son bureau.
Pourquoi donc suis-je en train de vous parler de cette anecdote amicale et de cet épisode cinématographique ? Ah oui, voilà. Une étude de la Michigan State University (MSU), particulièrement intéressante à mes yeux, souligne que les salariés accordent une importance non négligeable à l'environnement dans lequel ils sont amenés à travailler.
Plus précisément, des chercheurs de la MSU mettent en avant l'avantage que procure pour les employés le fait de travailler dans des bureaux "verts", c'est-à-dire respectant les normes établies par le conseil du Leadership in Energy and Environmental Design (LEED).
Les "green buildings" - comme les chercheurs les appellent - encouragent les salariés à plus de productivité dans les tâches qu'ils accomplissent au quotidien. En d'autres termes, travailler dans un environnement qui intègre des technologies dites "propres" améliore les résultats de chacun. Il est donc doublement intéressant pour une entreprise de respecter les normes environnementales, et de s'installer dans un bureau moderne - du point de vue écologique, tout du moins.
D'autant que les salariés seront aussi moins absents. Selon les chercheurs, les professionnels qui ont déménagé au cours de leur parcours, et qui sont passés d'un bureau conventionnel à un open space "vert" affirment se porter moins souvent pâle, et redoublent d'effort dans leur travail. Moins d'absentéisme, donc, plus de productivité, une meilleure santé quotidienne, une baisse des coûts de maintenance, des économies d'énergie, un gain financier… Voilà de quoi motiver les entreprises les plus réticentes.

Rédigé par Basile Segalen