Le gouvernement allemand souhaite développer l'accessibilité des services administratifs sur Internet. C'est ce qu'a déclaré le ministre de l'Intérieur Otto Schily, vantant les mérites de ...

Le gouvernement allemand souhaite développer l’accessibilité des services administratifs sur Internet. C’est ce qu’a déclaré le ministre de l’Intérieur Otto Schily, vantant les mérites de l’administration en ligne, qui simplifiera les procédures administratives et permettra à l’Etat de faire des économies.

Par rapport à ses voisins, il est vrai que l’Allemagne est en retard en matière d’ « e-gouvernement ». L’institut allemand Emnid a comptabilisé que seuls 26 % des allemands utilisent les services en ligne du gouvernement. Comparativement, cette proportion est de 63 % au Danemark, de 62 % en Norvège, 58 % en Finlande, et 35 % en France.

En Allemagne, il appartient réellement au gouvernement de faire des efforts… En effet, la population n’est pas en reste en termes de connexion à Internet. Selon une étude réalisée par Gruner + Jahr EMS, 26,3 millions d’allemands s’étaient connectés au moins une fois au cours du second trimestre 2003. La moitié de la population environ ! Et un allemand sur quatre se connecte chaque jour à Internet !

D’ici deux ans, le gouvernement espère que l’initiative, baptisée « BundOnline » (Fédération en ligne) rendra disponibles sur Internet un maximum de services, comme les demandes de passeports, de cartes grises, et d’autorisations pour des investissements économiques. Au total, ce sont trois milliards d’euros que l’Etat pourrait économiser chaque année.

( Atelier groupe BNP Paribas – 11/12/2003)