Certaines technologies ne doivent leur popularisation qu'à elles-mêmes. D'autres à leur vecteur de transmission. La réalité augmentée entre dans la deuxième catégorie.

La réalité augmentée, cela fait rêver. Pourtant, le phénomène était jusqu'à il y a peu réservé à des expériences universitaires ou des coups marketing de grandes entreprises. Récemment, des chercheurs brésiliens des universités de Recife et de Pernambuco rêvaient encore à un "standalone Markerless 3D tracker for Handheld Augmented Reality". On peut citer aussi les travaux de l'université d'Eindhoven, pour que la réalité augmentée ne soit plus dépendante d'applications mais puisse suivre les utilisateurs tout au long de leur journée. Entre aussi dans la classification expérimentale le projet CAMPUS, développé par les sociétés Appear et KTH en Suède, et Page Up en France.

L'iPhone s'empare de la réalité augmentée

Dans ce cas, les partenaires mettent l'Augmented Reality au service de la vidéo surveillance. Dans la catégorie Entreprise, rappelons l'expérimentation l'année dernière d'une cabine de réalité augmentée dans les agences BNP Paribas (maison mère de L'Atelier) pour promouvoir le film - encore à venir - Arthur et les Minimoys. Plus grand public, mais pas vraiment entrées dans tous les foyers, les expérimentations que Galdric avaient listées en début d'année. Capables de traiter les données très rapidement, les téléphones hauts de gammes intégrant la vidéo ont changé la donne. L'arrivée de l'iPhone 3GS a été bientôt suivie des applications comme Métro Paris et ses déclinaisons dans différentes capitales de par le monde.

Vers des applications sur tout support

Dès sa sortie, l'application a électrisé les foules, entraînant dans son sillage un grand nombre d'annonces type : "cherche développeur spécialisé dans la réalité augmentée". Egalement prometteuse pour le développement de la réalité augmentée, cette fois sur ordinateur : l'accord tout récent entre Total Immersion et une entreprise allemande pour réinventer les vignettes Panini à la sauce "3D AR". Prometteur, mais pas aussi simple que l'iPhone : le greffon développé par le prestataire (ou plugin, module additionnel) ne prend visiblement pas avec toutes les configurations informatiques.