Selon un sondage mené à l’initiative des Caisses d’Epargne auprès de 1 066 personnes de 18 ans et plus, 63 % des personnes interrogées sont favorables à sa mise en place. Près de 50 % voient venir ...

Selon un sondage mené à l’initiative des Caisses d’Epargne auprès de 1 066 personnes de 18 ans et plus, 63 % des personnes interrogées sont favorables à sa mise en place. Près de 50 % voient venir cette échéance avec confiance. Bien que l’euro n’entrera réellement dans leur vie qu’en 2001, plus de 40 % des Français se sentent désormais directement concernés. Plus de 57 % se considèrent bien informés sur l’euro et ses conséquences. 11 % seulement s’estiment très mal informés. Toutefois, le besoin d’information reste très élevé. 64 % s’inquiètent de l’éventualité d’une hausse des prix ou des tarifs liée à l’arrivée de l’euro, inquiétude relevant très largement “du fantasme” selon Maurice Benusilho, directeur au Cencep. 60 % évoquent des difficultés à faire les conversions en francs et en euros. Face à l’euro, les hommes et les femmes réagissent très différemment. Les hommes expriment plus volontiers leurs craintes ou leur besoin d’être davantage informés. Bien qu’une grande majorité estime que les actions de formation doivent être menées dans les cadres scolaires et professionnels, les Français attendent surtout une information de la part de leurs banques. Près de 63 % pensent “qu’ils s’y mettront” assez facilement pour convertir les montants et les prix. 48 % sont prêts à utiliser un convertisseur francs/euros dès 1999. Une majorité apprécie le double affichage. Toutefois, 52 % ne sont pas intéressés par l’utilisation d’un chéquier en euros dès 1999, 60 % pour le compte-chèques en euros. 14 % des Français comptant encore en anciens francs, les plus âgés vont avoir besoin d’une information et d’une sensibilisation spécifique. (Les Echos Le Parisien 1er/12/1998)