Le Concordia Project se réunira en juin pour faire le point sur les différentes solutions de gestion d'identité existantes, avec en ligne de mire l'amélioration du niveau d'interopérabilité...

Le Concordia Project se réunira en juin pour faire le point sur les différentes solutions de gestion d'identité existantes, avec en ligne de mire l'amélioration du niveau d'interopérabilité.
 
L'interopérabilité des systèmes d'identité devient de plus en plus difficile à se concrétiser. Deux raisons à cela: le grand nombre d'acteurs et l'arrivée continuelle de nouvelles normes spécifiques à un besoin métier ou à une technologie. C'est pour s'attaquer à ce problème que les membres du Concordia Project se réuniront à San Francisco le 26 juin prochain.
 
Lancé en février dernier, le Concordia Project est une initiative mondiale indépendante. Concordia est à cet effet ouvert à toutes les personnes et à toutes les organisations qui veulent collaborer. Elle vise à promouvoir l'harmonisation et l'interopérabilité entre les différentes solutions de gestion des identités numériques existantes. Avec à terme, le développement d'une couche d'identité Internet universelle. Des entreprises telle que AOL, Luminance Consulting, Falkin Systems LLC, FuGen Solutions, Novell, Oracle et RSA Security, la division sécurité d'EMC, ont déjà rejoint et soutiennent le Concordia Project.
 
Un besoin : définir les situations d'utilisation des identités numériques
 
La réunion prévue le 26 juin a pour objectif d'inventorier et d'affiner les situations d'utilisation des identités numériques afin de définir les priorités nécessaires au développement de l'interopérabilité, avec notamment des présentations organisées par AOL et General Motors.
 
Le Concordia Project a déjà commencé à rassembler une série de situations d'utilisation dans lesquelles l'ouverture et l'harmonisation des solutions de gestion des identités numériques permettraient de proposer aux entreprises une nouvelle fonction de gestion des identités. Elle s'appuierait ainsi sur le développement de normes ouvertes et de profils d'interopérabilité capables de répondre efficacement aux exigences définies par ces entreprises.
 
"Avec les développement continu du marché mondial des identités, [...] les membres de la communauté des identités doivent travailler ensemble pour faire progresser avec succès la prochaine génération d'applications et de services basés sur l'identité", a souligné Roger Sullivan, le vice-président de l'Oracle Identity Management.
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 07/06/2007)