Dans le concert de louanges qui entoure depuis sa sortie toute référence au sacro-saint iPhone, une voix discordante se fait entendre. Celle de Strand Consult. Et on peut dire qu'ils n'y vont pas avec le dos de la cuillère. Ledit cabinet publie un long communiqué fort détaillé pour déconseiller les opérateurs qui ne l'auraient pas encore fait de passer un accord de distribution avec Apple. Le téléphone en question y est comparé à paris Hilton - carrément : autrement dit un bel objet, une grosse opération marketing mais rien de si exceptionnel à l'intérieur. Parmi les nombreux arguments invoqués par Strand Consult pour éviter de pactiser avec le diable à la pomme, citons-en quelques uns : de toute façon, ce téléphone ne s'adresse qu'à un marché de niche : environ 1 % du marché global. Les conditions imposées par iPhone pour commercialiser son téléphone sont par ailleurs si strictes qu'elles requierent une énergie considérable de la part de l'opérateur, beaucoup de temps passé à négocier, à satisfaire les réquisits Apple etc. Il n'est donc pas très raisonnable de se concentrer pendant si longtemps sur un produit qui n'attirera de toute façon jamais plus de 5 % de ses abonnés... et de délaisser tout ce temps les besoins des ses autres 95 % d'utilisateurs. On dit que l'ergonomie du iPhone, son écran tactile etc. sont d'excellents facteurs d'augmentation du volume de données. Faux, rétorquent nos pourfendeurs de préjugés mobiles : ce marché avait déjà commencé à exploser avant l'arrivée du vilain téléphone à forte poitrine mais à petit cerveau. Et puis de toute façon,  les gens de chez Apple sont radins : leur seul intérêt ? Commercialiser leurs propres applications. Point de vue développement de nouveaux services, l'opérateur en serait donc pour ses frais. Etc. etc. Sans compter qu'il existe un gros marché mondial pour les iPhone débloqués... Bref, autant laisser les concurrents se fatiguer tous seuls à négocier une exclusivité et éventuellement plus tard compter sur toute la cohorte de petits malins qui vont débloquer les téléphones. Ce n'est peut-être pas très avouable de compter là-dessus. Mais on n'est pas à ça près. Personnellemeent, après avoir lu ce document j'ai toujours autant envie de m'acheter un iPhone. Mais cela consolera peut être les opérateurs comme B... ou S... de s'être faits coiffés au poteau par O...

Rédigé par Pierre Bonnet