Vous vous sentez déprimé ? Alors pensez bien à réduire la quantité de supports multimédia que vous utilisez quotidiennement ! C'est un conseil de chercheurs en psychologie, donné après qu'ils ont mené une étude sur des utilisateurs de mobile/TV/ordinateur/portable en même temps.

L'usage simultané de plusieurs canaux, ça vous déprime ?

Parfois, on se retrouve en faisant trois choses à la fois :  on regarde la télé, en même temps qu’on envoie un texto à son copain, et tout ça en parlant par le fixe avec sa mère. Ou on regarde ce même poste de télévision, en tweetant furieusement des commentaires, tout en regardant sur son écran d'ordinateur les émissions en lien avec celle que l'on regarde. Par contre, on n’a pas forcement l’impression d’utiliser trop de supports, et encore moins, que cela soit symptomatique d'une tristesse particulière... 

Et pourtant... 

Des chercheurs du département de psychologie de l’Université du Michigan ont mené une étude sur 319 personnes, afin de déterminer si le fait de faire trop en même temps ne serait pas une manifestation d'un besoin de "combler", et donc symptôme d'anxiété et de dépression. Oui, dit comme ça, ça fait peur. Et peut être un peu exagéré. Mais selon les chercheurs, il y aurait une corrélation. L'un d'eux, Mark W. Becker, souligne néanmoins qu’il faudra faire des recherches futures afin d'explorer les causes et effets de ces usages, sur lesquels ils n'arrivent pas à se prononcer pour le moment.

C'est-à-dire qu'ils ne savent pas trop si c’est l’utilisation simultanée de ces appareils qui provoquent la dépression, où si ce sont les gens qui sont déprimés et anxieux qui se tournent vers les médias comme une distraction de leurs problèmes.  

Bizarre. Je ne comprends pas trop pourquoi ils ne sont pas allés un peu plus loin, pour en savoir directement.

Reste que selon eux le problème serait aussi la solution. Ils disent en effet en conclusion : "D’autre part, que les gens déprimés ou anxieux se tournent vers les médias, pourrait en fait les aider à faire face à leurs problèmes". Donc la cause du problème qui ne l'est peut être pas peut aussi être la solution. Simple, non ? 

 

Rédigé par Ana Cervera-Lozano
Journaliste