L'Etat du Massachusetts, qui avait poursuivi Microsoft dans le cadre du procès sur la violation de la loi anti-trust, envisage sérieusement de faire passer ses services administratifs à l'Open...

L'Etat du Massachusetts, qui avait poursuivi Microsoft dans le cadre du procès sur la violation de la loi anti-trust, envisage sérieusement de faire passer ses services administratifs à l'Open Source. Coup dur pour Microsoft, car si le Massachusetts se déclare satisfait, d'autres Etats pourraient l'imiter.

Cette manœuvre a pour but que chaque administré de l'Etat puisse consulter librement les documents administratifs. Pour l'instant, ces documents sont produits à l'aide des logiciels de la suite bureautique Office. Problème : les formats de fichiers d'Office étant propriétaires, l'administré doit disposer de la suite de Microsoft pour consulter ces documents.

L'administration du Massachusetts envisage donc de se tourner vers le format PDF qui ne nécessite pas de logiciel payant pour être lu. Microsoft voit évidemment d'un très mauvais œil cette décision : Office représente 30 % de ses ventes et 40 % de ses bénéfices ! Si cette décision est entérinée, d'autres états pourraient suivre la voie.

La décision devrait être prise après une consultation publique des différents secteurs concernés, qui se termine le 9 septembre. "C'est risqué pour l'État du Massachusetts de s'aventurer dans cette direction sans avoir une idée précise des coûts impliqués", a souligné Alan Yates, responsable de la division Office de Microsoft.

Le risque semble surtout planer sur l'éditeur : l'adoption de solutions bureautiques gratuites et Open Source ne devrait pas poser de problème majeur aux administrations du Massachusetts. Dans cet effort vers l'accessibilité et l'interopérabilité, l'Etat pourrait juste se heurter à une incompatibilité... avec les administrations des autres Etats !

(Atelier groupe BNP Paribas - 02/09/2005)