Répandus sur tous les continents, peu utilisés en interne, utiles pour l'image externe des entreprises auprès des femmes plus que trentenaires. C'est ça aussi, le SNS sur les sites de L'Atelier

J'ai commencé à compter, et j'ai abandonné. Pour tous ceux qui sont partis et ont réussi à abandonner l'actualité informatique, sachez que les équipes de L'Atelier n'ont pas démérité en terme de suivi des réseaux sociaux. On sait maintenant qu'ils renforcent l'inertie sociale, du fait de l'utilisation stratégique qu'en font les classes moyennes et supérieures. Ca ne semble pas gêner les habitants de l'hémisphère sud. En Australie ils deviennent un objet dématérialisé de la vie quotidienne : deux tiers des internautes se rendent sur ce type de services. Et en Chine, les SNS sont toujours séduisants.

L'Asie n'est pas en reste

L'Atelier Asie rapporte ainsi que le géant Sohu a lancé son propre service baptisé Bai Shehui". Pourtant, pour communiquer, les entreprises ne les utilisent pas. En tous cas, elles n'utilisent pas les réseaux grand public, selon une étude emailvision. C'est encore plus fort en Russie, mais cette fois, pour les applications de SNS d'entreprise. Dans l'ex empire, malgré leur arrivée en 2007, les salariés les refusent car ils les considèrent comme trop "sous contrôle". Quant aux employeurs, ils les rejettent parce qu'ils bousculent la hiérarchie à l'ancienne. Même s'ils pourraient avoir causé la fin des dinosaures, les médias sociaux s'avèrent souvent utiles. Si l'on suit Ajilon, ils sont un outil précieux pour poster des annonces d'emploi.

Un profil se dégage

Ce, pour trouver plus facilement de bons candidats mais aussi donner de l'entreprise une image innovante. Alors oui, comme le rappelle un article de L'Atelier US, les informations sur des médias sociaux ne sont pas forcément de première main. Les news ne représentent ainsi que 3,60% des tweets, soit moins que les spams (3,75%) et infiniment moins que les conversations sans intérêt (40,55%). Est-ce du fait des membres qui composent ces réseaux sociaux ? Pas vraiment. L'été a en effet été l'occasion de découvrir le portait démographique de Facebook et de Twitter. Les lecteurs du blog US ont ainsi pu s'apercevoir qu'une bonne partie de ces utilisateurs sont des femmes et des trentenaires.