Comment font des bancs de poissons comprenant quelques centaines de spécimens pour nager ensemble et changer de direction sans jamais se percuter ? C'est la question que se sont posés les ingénieurs de Nissan...

La conduite sur route se fera peut être "sans sushi" à l’avenir grâce à la nature. Après les mouches, c’est au tour des poissons d’être une source d’inspiration technologique pour l’espèce humaine.

"Comment font des bancs de poissons comprenant quelques centaines de spécimens pour nager ensemble et changer de direction sans jamais se percuter ?". C’est la question que se sont posés les ingénieurs de Nissan qui se sont penchés sur la formidable capacité d'anticollision de ces animaux aquatiques.

Issu de ces recherches est né Eporo, un robot capable d’évoluer au sein d’un groupe de six autres robots et de s’adapter à son environnement, évitant les collisions par l’échange d’informations. Ce concept utilise pour cela des lasers permettant d’évaluer les distances avec les autres prototypes et communique par onde radio.

"Dans notre monde motorisé, nous avons beaucoup à apprendre du comportement d'un groupe de poissons, notamment pour ce qui est du degré de liberté et de sécurité de chaque spécimen", a expliqué Toshiyuki Ando, le principal ingénieur chargé du projet.

Présenté au salon de l’électronique CEATEC qui s’est tenu à Tokyo du 6 au 10 octobre 2009 (voir la démonstration vidéo), le concept Eporo pourrait ouvrir la voie à l’intégration de systèmes anticollisions embarqués dans les véhicules. Le monde animal avait déjà été source d’inspiration pour le constructeur automobile japonais. En 2008, Nissan avait travaillé sur le Biomimetic Car Robot Drive "BR23C" concept, une "microvoiture" munie d’un dispositif inspiré de la vision à 300 degrés de l’œil du bourdon, évitant aux insectes de se heurter en vol.

Bien joué Mère nature!

Rédigé par Claire Cavret
Social Media Manager