Avec la montée en puissance de Twitter, la question se pose inévitablement de l'impact de cette forme de communication dans l'entreprise. Notamment au sein de celles de grande taille.

Présent comme speaker à l’E2.0 summit de Francfort, j'ai pu avoir l’occasion de satisfaire ma curiosité de l'utilisation d'outils de microblogging par de grandes entreprises grâce à Océ et Deutsche Telekom. Même si depuis il y a eu en plus un retour d’expérience des communautés de Sungard. Les trois compagnies ont ainsi déployé Yammer, pour mettre en place des expérimentations (hébergement externe et gratuité) de manière souple. Cette solution ne représentant pas un coup pour l’organisation et reposant sur du volontariat. Le seul véritable obstacle étant la sécurité (hébergement externe, inscription ouverte), ce dernier point a été facilement réglé. Aussi, l’outil a très vite été largement utilisé pour gérer des projets.

Une expérimentation simple à réaliser de manière autonome

Chez Deutsche Telekom, l’outil a été utilisé pour commenter en direct des conférences internes, répondre aux questions posées, développer des idées. Chez Océ, son utilisation, surtout développé chez les forces commerciales, évolue avec les processus business. Ainsi une initiative a été lancée pour utiliser le microbbloging comme moyen de communication entre trois usines chimiques d’Océ, afin d’optimiser la communication verticale et horizontale. Chez Sungard se sont 10 000 personnes qui sont présentes sur Yammer, avec 500 communautés. Le microblogging est aussi utilisé dans un cadre de crowdsourcing.

Des leçons à en tirer et des évolutions à venir

Même dans l’usage du microblogging, ce sont des communautés qu’il faut animer et encourager. Cela passe aussi par la mise en place de guidelines, qui ont permis de casser les silos internes et aux collaborateurs de s’exprimer. Dans le cadre de Deutsche Telecom, le flux Yammer devrait être intégré dans le profil social du collaborateur au sein de l’intranet. De même, le flux des microblogs sera redirigé dans un wiki, afin de capitaliser sur les discussions. Ces entreprises ont fait un vrai choix dans le recours au microblogging, afin de compléter un dispositif de médias sociaux existant en interne. Elles ne se sont pas arrêtées à l’idée de discussions internes, mais elles se sont bien focalisées sur une évolution des processus de communication liée aux processus bussiness.