Les services de réseaux sociaux ne sont pas acceptés en entreprise, et pourtant, ils servent. Demandez à nos experts !

A l'Atelier, nous aimons les réseaux sociaux. Nous en parlons (énormément), nous les testons (beaucoup), les adoptons (peu ou prou). Parenthèse : nous ne testerons ni First Wives World (pour les femmes en instance de divorce), ni SocialLife (agrégation de réseaux sociaux sur mobile de Verizon), ni Yoursphere (pour les jeunes de 9 à 18 ans), ni Gays (GLBT), et encore moins Affordable Health Insurance (pour ceux qui recherchent une assurance santé), même s'ils viennent tout juste d'être publiés. Fin de la parenthèse. Dans quel but nous intéressons nous à la plupart des réseaux sociaux ? Faire en sorte que nos lecteurs soient au fait des grandes tendances du genre - un internaute sur quatre est fan de networking, alors il faut en parler.
Réseauter = travailler !
Faire également en sorte que notre maison mère puisse trouver dans ces outils en majorité destinés au grand public de quoi progresser dans ses embauches, dans sa communication. Et puis aussi pour que d'un point de vue personnel, nous puissions mieux communiquer avec nos proches. Mais certaines entreprises réprouvent le temps passé sur les sites à "Not Worker", d'autres renâclent devant l'impossible suivi des données qui y sont envoyées. Sans compter celles qui s'appuient sur les deux raisons citées plus haut. Mais c'est vain. Les récalcitrantes auraient du se rendre à la conférence Office 2.0 à l'invitation de Dominique Piotet.
L'avatar réseaute pour vous
Elles n'auraient pas été éblouies par les performances fonctionnelles ou techniques de services issus des nuages. Ça on l'attend plus de TechCrunch ou de Demo. Non, elles auraient pu apprendre des petites entreprises comme General Eletric qui se sont engouffrées dans l'informatique SaaS. Demandez à Aymeril ce qu'il en pense. Demandez à Jean-François Ruiz ce qu'il en pense ! Et si les réseauteurs qui hantent les nuages dans l'unique but de réseauter vous rebutent, L'Atelier vous a trouvé un remède : pour ceux qui ont conservé leur âme d'enfant, allez sur Huru Humi afin de faire parler les fâcheux avec votre avatar.