Un site n'est pas un objet. Un logiciel non plus, c'est de l'immatériel. D'où vient cette constatation néandertalienne qui ferait pleurer de honte un philosophe ? De deux expériences en ligne. La première hier avec Mozilla, la seconde, et bien, euh, hier aussi mais chronologiquement après, avec Météo France.

Le premier me sert dans le travail, quant il s'agit d'aller sur notre prestataire de vidéo VPod, dont la console d'administration est difficilement accessible via Internet Explorer, en tous cas en version 6.0.2900.2180. Ladite version m'étant imposée par ma direction des systèmes d'information. Qu'elle en soit remerciée. A noter pour la blague que l'autorisation qui me permet de contourner le logiciel de filtrage de contenu est quant à elle plutôt orientée Internet Explorer. Cela m'est imposé par ma direction des systèmes d'information. Qu'elle en soit remerciée.

Bref, en lançant mon Firefox, je me suis rendu compte qu'il - lui, Firefox le renard roux. Non je plaisante je sais que c'est un panda qui ressemble à un renard roux pour m'être fait taper sur les doigts de nombreuses fois - était en v3.0.1. Donc différent. Même chose en lançant Météo france. J'ai squeezé ce qui me semblait être une pub et qui devrait plutôt être un avertissement, et je suis tombé sur la nouvelle version du site.

Et alors ? Oui, c'est toujours le problème avec les articles ou les posts. Il faut toujours une chute. Et je ne suis pas Edika. Non et alors ? Mozilla m'appartient, en quelque sorte. Imaginez donc que vous vous levez le matin et vous vous rendez compte que votre voiture deux portes avec autoradio K7 est devenu une quatre portes équipée d'un système audio iPod d'une puissance 600 Watts.

Enfin, si l'on considère que la v3 de Firefox et que les 600 Watts sont un mieux pour l'humanité. Pour le site, finalement, c'est plus normal. C'est comme si la RATP décidait de changer toutes les rames de ses métros la nuit. Rien à redire, ce sont ses métros, je ne fais que les emprunter. Pour revenir sur Firefox : que faire de ses vieilles K7 ?

Rédigé par Renaud Edouard-Baraud
Directeur général de L'Atelier BNP Paribas Asia