À la manière de MyMajorCompany, la start-up française Oocto propose aux internautes de s'impliquer de manière plus significative dans la promotion des artistes.

Oocto : un réseau d'artistes tentaculaire

Petit nouveau sur le marché de la production communautaire, Oocto s'inscrit dans la lignée de ses prédécesseurs en employant les mêmes techniques de crowdsourcing et de crowdfunding (principe de production collaborative et participative) afin de permettre au public d'aider les artistes sans moyens à se frayer un chemin dans l'univers impitoyable de l'industrie musicale.

Oocto se démarque néanmoins en mettant non seulement en contact les artistes avec leur public, mais également avec des professionnels du métier, managers, graphistes et autres ingénieurs du son, qui peuvent ainsi acquérir une nouvelle clientèle et gagner en notoriété.

Mieux encore, ses créateurs ont choisi de tout miser sur une relation artiste-fan basée sur l'Humain. En effet, à la différence de MyMajorCompany, il n'est pas demandé aux fans de financer le futur album des artistes (bien que cela soit possible), mais plutôt de contribuer à la réalisation de celui-ci par le biais de « coups de main » allant de l'aide pour l'organisation d'évènements à la figuration dans un clip.

En contre-partie, pas de pourcentage sur les ventes, mais des « cadeaux » de la part de l'artiste (dédicaces, places gratuites, concerts privés...), et surtout la fierté de se dire qu'on a, d'une certaine manière, contribué à son projet artistique et que si un jour celui-ci perce, ce sera un peu grâce à vous !

Rédigé par Aurore Geraud
Responsable éditoriale