Aujourd'hui, la Chine est la quatrième économie mondiale en terme de PIB, devant la France et la Grande-Bretagne Le potentiel économique de la Chine la place au premier rang des promesses...

Internet : entre censure et usages en devenir

Aujourd'hui, la Chine est la quatrième économie mondiale en terme de PIB, devant la France et la Grande-Bretagne Le potentiel économique de la Chine la place au premier rang des promesses technologiques. Le régime politique, lui, retient les 100 millions d'internautes chinois sur une Toile censurée.

Les faits sont graves : Reporters sans frontières (RSF) accuse Yahoo d'avoir collaboré avec le gouvernement chinois pour faire emprisonner un internaute qui avait divulgué des informations jugées secrètes : une instruction des autorités chinoises reçue par son journal réclamant un traitement limité du quinzième anniversaire du soulèvement de la place Tienanmen. Il a été condamné à dix ans de prison.

En septembre, le gouvernement a imposé de nouveaux modes de censure : les blogueurs ou les propriétaires de sites doivent se faire connaître auprès des autorités sous peine de voir leurs pages fermer. Les Internautes qui veulent accéder à Wikipédia reçoivent souvent un message d'erreur - forme politiquement correcte de la censure.

Au-delà de ce paradoxe, quel avenir peut-on prédire au Net et à la mobilité dans un pays où l'équipement fait face à des disparités géographiques considérables ?

Sur le territoire chinois, le taux de pénétration des connexions Internet est très variable : les villes sont très équipées et une étude de l'Académie chinoise des Sciences Sociales a montré que 2/3 des internautes sont des hommes . Par ailleurs, 3/4 des internautes chinois n'ont jamais acheté sur Internet .

Investissements et nouvelles normes

Pour pallier le retard de la Chine en matière de déploiement de l'IPv4 (Internet actuel), le pays a développé un réseau Ipv6 (Internet avec un protocole d'échange plus élaboré) : le CERNET2. Celui-ci relie 25 universités chinoises dans 20 villes différentes et permet des débits bien supérieurs à l'Ipv4.

Côté mobilité , la Chine compte aujourd'hui 376 millions d'abonnés à la téléphonie mobile . En 2010, ils devraient être 600 millions. Ce succès dynamise le secteur des télécommunications, en hausse de 20 % sur un an. Les SMS rencontrent un vrai succès : Chez China Mobile, le plus gros opérateur chinois, 235 millions d'utilisateurs ont envoyé 178,5 milliards de SMS depuis janvier.

La Chine est une terre d'avenir pour les investisseurs qui sont nombreux à avoir annoncé des plans de développement dans le pays. Ericsson investira un milliard de dollars sur cinq ans pour tirer profit du développement de la 3G sur le territoire. Personne ne veut risquer de passer à côté d'un marché qui compte déjà 350 millions de consommateurs...

Lors de son introduction en bourse, Baidu, le célèbre moteur de recherche chinois, a enregistré une hausse de son titre de 350 % en une journée. Ce trop-plein de spéculation prouve la confiance des investisseurs dans le marché chinois, confiance qui passe outre la censure politique.

Alors que l'industrie du divertissement n'a pas réussi à trancher entre les normes Blu-Ray et HD-DVD, la Chine décide de lancer son propre format pour ne pas avoir à payer de redevance à qui que ce soit. Le gouvernement chinois a donc donné son accord au développement de l'AVS ( Audio Video coding Standard Working Groupe of China).

Points forts :

Généralisation du haut débit

Démographie : un potentiel de plus d'un milliard d'internautes

Investissements massifs des plus grosses firmes de nouvelles technologies

Points faibles :

Censure des blogs, des sites

Opacité du système bancaire : peu d'opportunité pour les initiatives innovantes chinoises

Concurrence potentielle de l'Inde

Disparité géographique : les régions côtières sont bien plus développées

(Atelier groupe BNP Paribas - 22/12/05)